Manifestation à Goma : deux militants de la LUCHA relâchés après quelques heures de détention (explication)

Brigade-La Lucha-Monusco
manifestation anti-Monusco des militants de la Lucha à Butembo. Illustration

Des militants des mouvements citoyens, des étudiants et des acteurs de la Société Civile ont manifesté la journée de lundi 25 octobre 2021 dans la ville de Goma, Chef-lieu du Nord-Kivu.

Ils répondaient ainsi à l’appel à des manifestations populaires sur toute l’étendue de la province du Nord-Kivu pour demander la suppression de la taxe RAM, la libération des activistes des mouvements citoyens détenus dans la prison centrale de Goma Munzenze et à Beni.

Lire aussi: Nord-Kivu : des mouvements citoyens et la Société Civile annoncent des manifestations populaires dès ce lundi

Se confiant à LaPrunelleRDC.info, Anastasie Joséphine Hekima, chargée de communication du Collectif des mouvements citoyens et Collège des étudiants confirme l’arrestation de deux militants du Mouvement Citoyen Lutte pour le changement (LUCHA RDC).

Selon elle, ces deux militants étaient dans une affaire privée et ne participaient pas à la manifestation de ce lundi.

« Ils étaient dans leur affaire. Vous savez Sam est un chercheur de la Belgique alors Mumbere Muyisa Lumumba est son interprète. Les gens qui les ont arrêtés pensaient qu’ils étaient eux aussi dans la manifestation. La manifestation a eu lieu aujourd’hui. C’était les étudiants, les élèves, les mouvements citoyens et les forces de la Société civile. Pour nous, la manifestation a réussi par ce que les élèves des écoles privées n’ont pas étudié. Nous sommes déterminés jusqu’aboutir à un résultat », a expliqué Anastasie Hekima.

Malgré le déploiement des dispositifs policiers et militaires dans les coins chauds de la ville, le collectif des mouvements citoyens et collège des étudiants salue la détermination de la population de Goma.

En outre, ces activistes de droits humains disent être déçus par l’interdiction par le maire de la ville de Goma des manifestions pacifiques et s’inscrivent en faux contre des antivaleurs en RDC.

« Au fait, c’est pour nous une déception de voir qu’on peut interdire une manifestation, une manifestation qui pouvait réclamer une question si intéressante comme la suppression de la taxe RAM mais aussi la libération de nos compatriotes qui sont arrêtés injustement sur injonction de la première dame Denise Nyakeru. Mais nous croyons que pendant cette période d’État de siège nous allons réfléchir sur le comment nous ferons passer nos messages par ce qu’on ne peut pas museler la population. Il y a deux personnes qui ont été arrêtées mais elles sont déjà libres. Et nous condamnons cet acharnement vis-à-vis des activistes de droits de l’homme puisqu’être un activiste des droits de l’homme n’est pas un crime. On ne peut pas nous refuser de nous exprimer. S’ils refusent, nous allons définir d’autres stratégies », a martelé Espoir Aspirine un des militants de la Lucha RDC-Afrique.

Lire aussi : Sud-Kivu: des organisations de la Société Civile et mouvements citoyens appellent l’Assemblée provinciale et le Gouvernement à l’entente

Le Collectif des mouvements citoyens, de la Société civile et du Collège des étudiants promet d’autres manifestions de grande envergure à travers toute la province du Nord-Kivu.

Magloire Tsongo, à Goma

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.