Maniema : 6 morts dans les affrontements entre FARDC et la Milice Batwa à Kabambare le week-end dernier

batwa - kabambare - kalondakibuyu - Kabambare - déplacés - personnes
En territoire de Kabambare au Maniema

La situation sécuritaire reste préoccupante dans le secteur des Babuyu en territoire de Kabambare. Au moins 6 personnes ont perdu la vie dans les affrontements entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et la Milice pygmées à Kabambare le week-end dernier.

D’après, l’Action pour la Restauration de la Paix et la Justice (ARPJ), qui livre l’information, c’est vers 5 heures 35 minutes dans les villages dénommés 4 coins et celui de Manyanga, dans l’Aire de santé de Kalondakibuyu, secteur des Babuyu en territoire de kabambare, au Maniema, qu’un affrontement violent y a été signalé entre les FARDC et la milice Batwa du général autoproclamé Mundusi.

« Selon notre source sur place, le bilan serait de 6 personnes civiles tuées parmi elles 2 hommes adultes et 4 enfants dont 2 garçons et 2 filles estimés entre 11 à 14 ans. Cet affrontement violent a causé un déplacement massif des populations vers Kitupa dans le Kabambare et Makungu territoire de Fizi », dit à LaprunelleRDC.info, Isaac Mihonya, Chef de Bureau Provincial de L’ARPJ Kabambare.

Lire aussi Maniema: des filles victimes des actes de violence pour avoir refusé le mariage forcé à Kabambare

À en croire cette organisation, 790 ménages seraient en déplacement.

« Préoccupée par la situation, ARPJ condamne avec sa dernière énergie ces tueries des personnes civiles et demande aux parties de respecter le Droit international humanitaire en temps des conflits armés. Aux organisations nationales et internationales humanitaires de venir en aide aux déplacés », insiste ARPJ.

Pour rappel, d’autres affrontements avaient éclaté entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et des milices pygmées depuis le 16 septembre dernier. Ils avaient fait plusieurs morts, y compris dans le camp de l’armée. Plusieurs habitants avaient encore été obligés de quitter leurs habitations pour des zones supposées sécurisées.

Abiud Olinde

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.