Lutte contre Ebola en RDC : le ministère de la santé et ses partenaires condamnent des attaques contre les personnels de la riposte

Le Secrétariat technique du Comité multisectoriel de la riposte à l’épidémie à la Maladie à virus Ebola, le Ministère de la Santé et ses partenaires des Nations Unies disent condamner avec la toute dernière énergie les attaques qui sont actuellement perpétrées contre des personnels de la riposte dans certaines contrées, car selon eux, chaque attaque retarde la riposte à la dixième épidémie à la MVE, qui ne peut fonctionner sans un environnement favorable permettant aux équipes d’intervention d’accéder à la population et de l’aider.

Dans un communiqué publié ce 3 Novembre 2019, ceux-ci rappellent le dernier cas, qui est l’assassinat d’un journaliste, également agent de santé de la riposte à la Maladie à virus Ebola, survenu la nuit du samedi 2 au dimanche 3 novembre dernier dans la localité de Lwemba, située à 18 kilomètres de Biakato dans le territoire de Mambasa en Ituri.

Au cours de cette attaque qui a été attribuée aux miliciens Maï-Maï, la femme de la victime a été grièvement blessée, avec l’incendie de la résidence dans laquelle ils logeaient.

Selon le ministère de la santé, ces attaques « inacceptables » compromettent les efforts des agents de santé en termes de riposte à Ebola.

‘‘Le Secrétariat technique du Comité multisectoriel de la riposte à l’épidémie à la Maladie à virus Ebola, le Ministère de la Santé et ses partenaires des Nations-Unies (OMS, UNICEF et UNEERO) condamnent avec la plus grande fermeté les violences qui ont eu lieu à Lwemba, dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la République démocratique du Congo. Ces violences ont occasionné la mort d’un agent de santé communautaire commis à la riposte, laissant également un autre agent dans un état critique avec de multiples blessures. Les motivations des assaillants ne sont pas actuellement claires. Cependant une enquête est en cours pour élucider ces motivations et son éventuel lien avec la riposte MVE. D’ores et déjà, deux suspects ont été appréhendés. Tout acte de violence à l’encontre des personnes impliquées dans la réponse à la MVE est inacceptable et compromet la capacité des agents de santé et des équipes de la riposte à fournir une assistance aux communautés touchées par les effets dévastateurs du virus Ebola’’ dit le communiqué.

Ces derniers rassurent qu’ils continueront à collaborer avec toutes les autorités compétentes, y compris la Police nationale congolaise (PNC), l’Agence nationale de renseignement (ANR) et les Forces armées de la RDC (FARDC) pour veiller à ce que les auteurs de ces actes soient traduits en justice aussi rapidement que possible, et affirment que quoi qu’il en soit, l’équipe de la riposte continuera à lutter contre cette maladie avec l’implication des communautés et de la population touchée, y compris l’appui de tous les partenaires impliqués.

Cette nouvelle incursion intervient 3 jours après qu’un tract annonçant une nouvelle incursion soit ramassé dans la contrée.

Pour la première et la deuxième fois, ces miliciens avaient incendié une dizaine de maisons, y compris le centre de santé Lwemba, avec plus de 8 motos, des vivres et des non vivres.

Museza Cikuru

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.