Luhwindja: Narcisse Bisimwa dénonce un “énième coup de théâtre monté” pour déstabiliser la chefferie (Tribune)

3 Views

Narcisse Bismwa est un jeune médecin, un acteur socio-politique et président des Jeunes de Luhwindja vivant à Bukavu.

La semaine dernière, des personnes ont été arrêtées dans la chefferie de Luhwindja, territoire de Mwenga au Sud-Kivu. Celles-ci tiennent coûte que coûte à organiser une cérémonie de mariage dans l’entité alors qu’elles accusées par les autorités coutumières de tentative de trouble à l’ordre public et de déstabilisation des autorités établies.

 Dans cette réponse publiée en forme de tribune par Laprunellerdc.info, Narcisse Bisimwa s’oppose clairement à la déstabilisation de sa chefferie par ceux qu’il appelle des “superstars” connus et qui tentent de s’attaquer à son mwami Tonny Naluhwindja Chibwire.

Il conclut que diaboliser l’autorité coutumière établie pour prétendre obtenir le soutien de la population est ridicule et n’avance en rien sa chefferie. Ci-dessous l’intégralité de la réaction de Narcisse Bisimwa.

« LUHWINDJA : RIEN DE NOUVEAU! Nième COUP DE THEATRE MONTE PAR DES SUPERSTARS BIEN CONNUS

“Ce qui se dit sur les réseaux sociaux cette semaine à propos de Luhwindja ne devrait étonner personne surtout pas un Muhwindja de ma génération car c’est depuis quelques années déjà que nous assistons à une série de “théâtres” montés et mise en scènes par un groupe de “Superstars” bien connus du milieu car ayant excellé dans des changements de rôles et de positions au fil des années.

Personne n’est contre l’autorité coutumière établie en place, même pas ceux qui le prétendent et qui les crient sur les réseaux sociaux. C’est une question d’intérêts, rien d’autre !

Ceux de ma génération se souviendront que c’est depuis l’installation de la société Banro à Luhwindja que nous avons connu autant de scénarii qui ne disent pas leurs noms dans ce milieu.

Certains notables du milieu ayant représenté la communauté dans les négociations avec ladite société s’en étaient sortis avec des contrats, avaient gagné des marchés fructueux et certains du travail.

Tout était calme, d’ailleurs ceux-ci étaient indexés par les autres comme ayant vendu la communauté pour leurs intérêts.

Les choses ont changé lorsque certains ont perdu leurs contrats de marché, d’autres leurs boulots, ce qui était mis sur le dos de la Reine mère (Mwamikazi) qui faisait office de chef de chefferie à l’époque.

Je peux me souvenir d’une lettre adressée au PDG de la compagnie Banro en mars 2012 portant leur retrait de confiance en la personne de la Mwamikazi et leur réclamant le retour sans condition de son fils, le Mwami actuel qui était en ce moment en pleine formation à l’étranger.

Ce qui étonne alors et la question que tout le monde devrait se poser est de savoir pourquoi ce sont certaines personnes qui ont œuvrées avec le père et la mère du Mwami actuel qui ont même en certains moments réclamer tout haut son retour alors qu’il étudiait encore qui se muent aujourd’hui en metteurs en scène de ce théâtre ridicule, ce débat dépourvu de sens sur sa légitimité ?

Ça fait réellement voir jusqu’où certaines personnes peuvent aller pour leurs intérêts.

La dernière mise en scène, celle qui provoque des agitations c’est une cérémonie de mariage d’un certain Monsieur, acteur inconnu de la population  qu’ils ont choisi et à qui ils ont donné le rôle d’héritier légitime de la royauté de Luhwindja. Un acteur bien choisi  car la famille de celui-ci est opposé à celle de la famille régnante dans une affaire judiciaire pendante à la cour militaire de Bukavu. La famille de celui-ci étant présumée impliquée dans un attentat contre la famille régnante.

Ce profil a été choisi par le fait qu’il attirera la curiosité des spectateurs qui viendront, et pour les metteurs en scène la foulée et le bruit que cela pourra provoquer peut faire des belles images à brandir afin de réclamer des nouveaux intérêts.

Vous comprendrez pourquoi le mariage déjà programmé à Bukavu pour le 23 a été reporté quelques heures avant et un communiqué sur les réseaux sociaux le programme pour le 30 novembre 2019 à Luhwindja qui était leur décor idéal pour la scène, malgré le refus de L’église de Luhwindja qui a opté de privilégier la paix et la quiétude des citoyens chèrement acquise. Même la famille élargie du Mwami actuel s’étonne de cette mise en scène ignoble, de par leurs réactions sur les réseaux sociaux.

Le moment en question était aussi bien choisi, car la compagnie Banro est en pleine transition, le nouveau code minier doit être appliqué, et nos Superstars voudraient signer à nouveau leur présence. C’est ce qui explique autant de campagnes de diabolisation sur les réseaux sociaux. Nos Superstars ayant vu leurs tentatives déjouées à maintes reprises recourent aujourd’hui à la violence et à l’injure publique facile ce qui doit attirer l’attention du gouvernement pour que mesures judiciaires soient envisagées.

En tant que Président des jeunes élu du milieu, je prie à mes compatriotes de ne pas participer à ce nouveau casting qui n’a que l’objectif de mettre le feu notre terre mère, juste pour des intérêts de quelques individus.

Aux autres acteurs du milieu, je leur prie de faire une politique positive qui permettra aux institutions en place de donner leur plein potentiel et à notre population d’y tirer un profit.

Diaboliser l’autorité coutumière établie pour prétendre obtenir le soutien de la population est ridicule et n’avance en rien notre chefferie”

Une analyse de Dr Narcisse Bisimwa, Médecin, acteur socio-politique et  Président des jeunes du milieu.

Partager cet Article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )