L’Ouganda dit que ses troupes resteront au Congo aussi longtemps que nécessaire pour vaincre les ADF

FARDC-UPDF - renseignement-ougandais - ituri - armée ougandaise
Armée ougandaise

L‘Ouganda a déclaré vendredi que ses troupes envoyées cette semaine dans l’est de la République démocratique du Congo resteraient aussi longtemps que nécessaire pour vaincre les militants islamistes, les progrès de la mission devant être évalués après deux mois.

L’Ouganda et le Congo ont lancé une opération conjointe cette semaine, mais n’ont jusqu’à présent partagé que peu de détails sur sa taille ou sa durée prévue; même si certains se sont alarmés de la présence de troupes ougandaises sur le sol congolais. 

Au moins 1 700 soldats ougandais ont jusqu’à présent pénétré dans l’est du Congo pour rejoindre les forces congolaises combattant les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé aligné sur l’État islamique, ont annoncé vendredi deux sources de sécurité et des médias locaux.

Le ministère ougandais de la Défense n’a pas confirmé le nombre de troupes déployées, mais a déclaré que l’infanterie, l’artillerie, les blindés et les forces spéciales seraient au Congo dans le cadre de l’opération Shujja, ce qui signifie héros en swahili.

Dans sa première indication claire de la durée de l’opération prévue, le ministère ougandais de la Défense a déclaré dans un communiqué que l’opération serait réexaminée après deux mois pour évaluer ses progrès par rapport aux ADF.

« La durée de cette opération sera déterminée par l’état final militaro-stratégique (…) pour vaincre les rebelles et vaincre leur volonté de se battre », a déclaré le général de division Kayanja Muhanga dans une vidéo publiée sur Twitter.

La campagne ciblera quatre camps des ADF : Yayuwa, Tondoli, Beni One et Beni Two, a-t-il précisé.

Des forces conjointes ont déjà mené des opérations de recherche à la suite de frappes aériennes et d’artillerie contre des bases présumées des ADF dans les forêts de l’est du Congo plus tôt cette semaine, selon l’armée des deux pays.

Des centaines de soldats ougandais et des dizaines de véhicules blindés ont été vus traverser la frontière à Nobili depuis le début de l’offensive le 30 novembre. 

Les deux sources de sécurité au courant de la mission ont déclaré que 300 autres soldats ougandais devaient arriver sous peu.

L’ampleur du déploiement suggère qu’il s’agit de la plus grande intervention étrangère au Congo depuis plus d’une décennie, en dehors d’une opération de maintien de la paix de l’ONU, a déclaré Pierre Boisselet de Kivu Security Tracker, qui surveille les troubles dans la région.

Le porte-parole du gouvernement congolais n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur le nombre de soldats ougandais au Congo.

« Les déploiements sont toujours en cours, donc je ne peux pas dire si nous avons encore un bataillon, une brigade ou autre », a déclaré à Reuters Flavia Byekwaso, porte-parole de l’armée ougandaise.

L’Ouganda a accusé les ADF d’un triple attentat suicide dans sa capitale Kampala le 16 novembre, qui a fait sept morts, dont les kamikazes.

L’ADF a commencé comme un soulèvement en Ouganda, mais est basé au Congo depuis la fin des années 1990. Il a prêté allégeance à l’État islamique à la mi-2019 et est accusé d’avoir tué des centaines de villageois lors de raids fréquents au cours des deux dernières années.

L’État islamique a revendiqué certaines des violences des ADF, y compris les récents attentats à la bombe en Ouganda, mais les chercheurs des Nations Unies n’ont trouvé aucune preuve que l’État islamique exerce un commandement et un contrôle sur les opérations des ADF.

Reuters

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.