L’entrée de l’armée ougandaise en RDC est « inacceptable » : Mukwege s’oppose fermement aux « pyromanes-pompiers »

incursion - armée nord-kivu - ituri - Mukwege - LUCHA. Roger Lumbala-Mukwege -consultations Nationales. citoyen-Collège Mukwege - Justice Internationale - Robert Njangala- Prix Nobel - Roger Buang Puati- Placide Bagalwa- RDC
Denis Mukwege. Ph. Laprunellerdc.info

Le Docteur Denis Mukwege s’oppose vigoureusement à l’autorisation du Président de la République, Félix Tshisekedi à l’armée Ougandaise ainsi qu’aux accords de coopération militaire entre la République Démocratique du Congo et ceux qu’il qualifie des « pyromanes-pompiers » comme le Rwanda et l’Ouganda.

C’est à travers son compte twitter que le porte-étendard du combat pour la Justice Transitionnelle en RDC l’a dit ce dimanche 28 novembre 2021.

Lire aussi: Entrée de l’UPDF en RDC : « un aveu d’échec de l’État de siège qui n’a plus sa raison d’être » (Véranda Mutsanga)

D’après Mukwege, les mêmes erreurs produisent les mêmes effets tragiques. Il est, selon lui, inacceptable que 25 ans après les crimes de masse et pillage des ressources de la RDC par ses voisins, on signe des accords militaires avec eux.

« Après 25 ans de crimes de masse et pillage de nos ressources par nos voisins, l’autorisation du Président à l’UPDF et les accords de coopération militaire avec les RDF sont inacceptables. Non aux pyromanes/pompiers ! Les mêmes erreurs produiront les mêmes effets tragiques. Debout Congolais, Nation en danger », écrit d’un ton ferme, Denis Mukwege.

Lire aussi: La RDC autorise l’armée ougandaise à entrer en Ituri et au Nord Kivu pour lutter contre les ADF

Contexte

Les forces armées ougandaise autorisées à pénétrer dans les territoires de l’est de la République démocratique du Congo. C’est ce qu’annonce Radio France Internationale (RFI).

Le président congolais Félix Tshisekedi a accepté la demande formulée par son homologue ougandais Yoweri Museveni. Cette intervention devrait prendre la forme d’une opération conjointe avec les FARDC.

L’objectif est notamment de poursuivre le groupe armé ADF qui sévit dans la zone. Mais au regard de l’histoire récente entre les deux pays c’est une décision sensible, qui n’a pas encore été annoncée officiellement par les deux chefs d’Etats.

Judith Maroy

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.