Le coltan de Rubaya et l’or de Walikale une aubaine pour l’économie Rwandaise mais source d’insécurité en RDC

FARDC de Rubaya - minerais-cahier des charges-mabela-UNICEF-Makuta-Afrique SAEMAPE Dans un puits des mines de la SMB dans le masisi
Dans un carré minier en RDC. Ph. Laprunellerdc.info

La cité de la Région de Rubaya, territoire de Masisi au Nord-Kivu à l’est de la RDC;  produit à elle seule, 15% de l’approvisionnement mondial en coltan.

Cela a fait de cette région et d’autres de la partie orientale de la RDC, des victime de la convoitise des voisins dont le Rwanda et l’Ouganda, récemment cités dans un nouveau rapport de des experts de l’ONU.

D’après ces chercheurs, cités par un média canadien, malgré les réglementations visant à garantir que les approvisionnements mondiaux en coltan n’alimentent pas les conflits, les  des preuves d’affrontements armés, de distribution d’armes et d’autres abus sur les sites d’extraction de coltan ont été enregistrés autour de Rubaya.

Des machettes et des fusils d’assaut Kalachnikov faisaient partie des armes distribuées aux creuseurs de mines pour être utilisées lors d’affrontements, selon le rapport.

Des hommes armés, dont des policiers ont incendié des magasins et des maisons, emprisonné des creuseurs et battu certains d’entre eux, avec deux décès confirmés. Le trafic de minerais et la fraude étaient courants dans les mines.

Le rapport de l’ONU est étayé par des preuves d’un investisseur minier américain, Bay View Group, dans une affaire d’arbitrage au Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements, une institution de la Banque mondiale.

Même si les autorités rwandaises ont réfuté toutes les allégations; des chercheurs de l’ONU ont par ailleurs démontré comment l’or de Walikale passe en contrebande au pays de mille collines. 

Ceux-ci démontre comment l’or est acheminé au Rwanda depuis un grand site minier qui occupent au moins 2500 creuseurs artisanaux; et contrôlé par l’armée congolaise et ses alliés des milices à Walikale, dans l’est de la RDC. Cela, malgré une loi interdisant la présence de soldats sur les sites miniers. 

Le rapport détaille également comment les exportateurs congolais ont utilisé le Rwanda comme voie de contrebande pour envoyer de l’or à Dubaï et à Hong Kong depuis des endroits de l’est de la RDC où la production d’or était contrôlée et taxée par une milice armée connue sous le nom de Mai-Mai Yakutumba.

La Rédaction

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.