Kananga: l’organisation FMMDK demande que justice soit faite pour un cas de viol de 6 enfants

Nathalie Kambala Luse, secrétaire exécutive de FMMDK
Nathalie Kambala Luse, secrétaire exécutive de FMMDK

L’ONG «Femme main dans la main pour le Développement du Kasaï» (FMMDK), dit condamner un cas de «sodomie» qui s’est récemment déroulé à Kananga, dans la province du Kasaï-Central.

Devant les chevaliers de la plume ce vendredi 6 mars 2020, Nathalie Kambala Luse, secrétaire exécutive de cette structure de lutte contre les violences sexuelles et sexistes, appelle les autorités à prendre des mesures idoines, pour que justice soit faite, et que cette situation ne se répète plus jamais dans cette contrée.

En effet, il y a deux semaines, renseigne-t-elle, six garçons, mineurs d’âge, ont été victimes de la «pédérastie» de la part d’un homme, dans la commune de Ndesha à Kananga. Cet homme d’environ 40 ans a contraint chacun de ces gamins à passer cet acte avec lui. L’affaire n’a été découverte, que lorsqu’il est tombé sur celui de 13 ans qui, lui, a connu des complications, et a rapporté ce fait à ses parents.

« Je n’admettrai pas que ces actes sodomiques qualifiés d’homosexualité, gagnent du terrain chez nous au Kasaï. Nous ne pourrons réduire ces cas que si nous les dénonçons pour que les bourreaux soient mis hors l’état de nuire . Aux autorités et aux forces de l’ordres nous demandons que justice soit faite,  » dit Nathalie Kambala.

Bien que la police ait été saisie, le bourreau a réussi à s’échapper et est introuvable. FMMDK explique qu’après avoir constaté avec le médecin que ces enfants ont réellement été violés, elle a porté plainte contre inconnu, au Tribunal de Grande Instance de Kananga.

André Katende, depuis Kananga

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.