Kamanyola : une personne arrêtée avec grenades et autres munitions

Une personne avec grenades et munitions a été arrêtée ce mardi 17 septembre 2019 dans le groupement de Kamanyola, chefferie de Ngweshe en territoire de Walungu aux environs de 10 heures.

C’est ce qu’indiquent plusieurs sources contactées par la Laprunellerdc.info. Des informations confirmées par la Société Civile de Kamanyola.

Selon la Société Civile, cet homme dans un véhicule de transport en commun venait de Bukavu (chef-lieu de la province du Sud-Kivu) en direction du Sud.

Ces armes et munitions ont été découvertes lors d’une opération de routine de contrôle effectuée dans tous les véhicules par les services de sécurité à la barrière Ngomo.

Dans son sac, plusieurs minutions et 4 grenades, explique la présidente de la Société Civile, Joséphine Mugoto.

Selon la présidente de la Société Civile, il n’y a pas deux semaines, des jeunes « Balalarondo » (Patrouilleurs) ont mis la main sur 6 personnes armées et en tenues civiles qui se cachaient pendant deux jours dans une résidence.

Elle dénonce une circulation non contrôlée des armes à Kamanyola et dans la plaine de la Ruzizi en général.

Celle-ci appelle les autorités à agir dans l’urgence en renforçant également des éléments de l’armée dans la région. Une région qui est un carrefour entre la RDC, le Rwanda et le Burundi.

«Nous comme société civile nous demandons au gouvernement provincial d’organiser un bouclage à Kamanyola parce qu’on remarque une circulation suspecte des armes parce que nous sommes en danger. Nous recommandons que ceux qui sont arrêtés soient vraiment punis et qu’ils ne soient pas libérés pour ne pas continuer à encourager l’impunité et permettre que la situation s’empire. Cette situation d’impunité conduit à la justice populaire à Kamanyola parce que ceux qui sont censés faire respecter l’Etat ne font rien. On demande au gouvernement de s’approprier la situation sécuritaire à Kamanyola en se rappelant que c’est le carrefour entre 3 pays, le Rwanda, le Burundi et la RDC. Le Rwanda et le Burundi protègent leurs frontières mais du côté Congolais on ne fait rien. A part la faible couverture des éléments de l’armée, il y a un sérieux problème d’instruction des éléments de la Police » alerte Joséphine Mugoto.

Elle demande également au Bureau de Coordination provincial de la Société Civile de mener des plaidoyers pour espérer au retour de la quiétude dans cette partie du territoire de Walungu.

Pour l’instant, des sources au sein de l’armée refusent de commenter la nouvelle. Le Chef de poste d’encadrement administratif a également indiqué à Laprunellerdc.info qu’il ne peut pas se prononcer pour l’instant l’affaire étant dans les mains des instances supérieures.

La circulation des armes dans la plaine de la Ruzizi est fortement décriée par des acteurs de la Société Civile.

 A part Kamanyola, l’Association Contre le Mal et pour l’encadrement de la Jeunesse (Acmej) a indiqué dans un de ses bulletins que le 15 septembre dernier, un homme de Rubako, en haut de Mulenge, en provenance de la Plaine de la Ruzizi vers Rubako a été arrêté par des agents de l’ordre avec des munitions et des radios Motorola. Ce qui inquiète énormément les habitants de cette région trouble de la province du Sud-Kivu. 

Jean-Luc M.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.