Journée Internationale pour l’élimination de la pauvreté: plus de pauvres en Afrique qu’il y a 25 ans

Le monde célèbre ce 17 octobre la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Si le nombre de personnes dans le monde vivant sous le seuil international de pauvreté  est tombé de 1,9 milliard à 735 millions entre 1990 et 2015, selon la Banque mondiale, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté en Afrique subsaharienne est en fait plus élevé qu’il y a 25 ans.

Le Madagascar, le Centrafrique et le Tchad, sont les pays les plus touchés par la crise alimentaire, indique l’indice mondiale pour la faim.

En Centrafrique, la situation est si grave et depuis si longtemps que la moitié des enfants de moins cinq ans sont trop petits pour leur âge.

Madagascar fait également partie des cinq pays les plus touchés par la faim. Le Grand Sud de l’île, au climat semi aride est de plus en plus confronté à la sécheresse dû au changement climatique indique l’Unicef dans un rapport. Une situation qui aggrave l’insécurité alimentaire qui touche près d’un million de personnes dans cette zone.

RDC, 13 millions des personnes ont faim

« En République Démocratique du Congo, 13 millions de personnes ont faim dans un pays qui produit plus de nourriture qu’il ne peut consommer », a averti le Programme Alimentaire Mondial (PAM), qui signale plus de 5 millions d’enfants qui vivent dans une insécurité alimentaire extrême.

Selon le Représentant du PAM en RDC, Claude Jibidar, les nombreux conflits qui secouent le pays depuis plus de deux décennies et qui ont connu une intensification depuis 2016, notamment dans l’Est et le Sud-est, ont provoqué un déplacement dramatique de populations rurales qui vivent de l’agriculture.

« Les paysans en RDC mangent parce qu’ils peuvent cultiver et récolter, mais comme nous avons eu jusqu’à 4,5 millions de personnes déplacées dans ces zones rurales. Ce sont des gens qui n’ont pas pu continuer à cultiver. Cela a continué pendant plusieurs saisons agricoles et la situation s’est détériorée avec le temps », avait-il expliqué lors de d’un entretien avec ONU Info.

C’est dans ce cadre que le président de la République, Félix Tshisekedi, a procédé au lancement ce mercredi 16 octobre du programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités (PPA-LCPI) avec comme objectif faire sortir « 20 millions » de congolais vivant en milieu rural et périurbain dans l’extrême pauvreté dans les cinq prochaines années.

Disons que la pauvreté en Afrique est causée par le manque de l’emploi comme l’a fait savoir à la BBC la directrice mondiale de la pratique mondiale en matière de pauvreté et l’équité à la Banque mondiale, Sanchez-Parano.

« Le travail est la principale source de revenus des pauvres. Donc, s’il n’y a pas plus d’opportunités pour les travailleurs, il est peu probable que nous assistions à une réduction de la pauvreté », a-t-elle dit.

La pauvreté en Afrique peut être vaincue par des politiques de développement cohérentes. Surtout que celle-ci n’est pas une fatalité comme l’a reconnu le président congolais, Félix Tshisekedi.

Thomas Uzima

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.