Journée de l’Enseignement en RDC:  une organisation plaide pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants

frais illégaux - écoles - secondaires - sange - grève - bunyakiri - TENAFEP - EPST - Walungu - UNICEF - éducation - ambassadeurs - nouvelle société civile. salaire rentrée scolaire - État d'urgence - reprise des cours - covid-19 Des Enseignants des Ecoles Conventionnées Catholiques- Mambasa 2 - rentrée scolaire - universités et écoles - gratuité - enseignement

L’Assemblée Citoyenne (AC), appelle le gouvernement de la République Démocratique du Congo à respecter le protocole d’accord signé avec l’intersyndicale de l’EPSP et l’invite à payer dès le mois de mai les enseignants NU avec rétro actif conformément à l’engagement ferme du président de la république.

A travers une déclaration écrite ce jeudi 30 avril 2020, à l’occasion de la journée de l’enseignement, cette organisation citoyenne regrette de constater que le gouvernement national n’a pas procédé au payement du 2ème et 3ème palier des enseignants conformément au protocole d’accord signé le 18 décembre 2019.

« A l’issue de cette importante rencontre, les dignitaires ont constaté non sans regret le non-respect du Protocole d’accord signé le 18 décembre 2019 surtout en ce qui concerne les payements du 2ème et 3ème palier. » peut-on lire dans cette correspondance.

Elle estime que la promesse du chef de l’Etat, celle d’améliorer les conditions des enseignants sur toute l’étendue de la république ne devrait souffrir d’aucune faille.

Elle fustige aussi le comportement des dirigeants des certaines banques et organisations ayant en charge la paie des enseignants, qui malgré la situation du COVID-19, accusent un grand retard dans la libération des salaires des enseignants affectés à ces institutions.

Elle les invite à libérer régulièrement et urgemment les salaires des enseignants.

Au gouvernement de payer les enseignants NU au mois de mai et de supprimer les zones salariales en payant le 2ème et le 3ème palier.

Dans le cas contraire, elle promet d’initier les actions citoyennes afin de remettre les enseignant dans leur droit.

« Dans le cas où le gouvernement ne parvient pas à respecter ses engagements signés avec les enseignants dans le protocole d’accord de décembre 2019, l’Assemblée citoyenne se réserve le droit de mobiliser tous les indignés de la prise en charge des enseignants par les parents et organiser les actions qui lui sont reconnues par ses statuts et les lois du pays à la fin de l’Etat d’urgence instauré dans notre pays. » prévient-elle.

Ibag Bagenda

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.