Ituri: Martin Fayulu exige la libération « sans condition » de Luc Malembe

LUC MALEMBE

Des réactions fusent de partout après l’arrestation du Porte-parole de la coalition Lamuka en province de l’Ituri, Luc Malembe, après qu’il se soit exprimé sur la montée de l’insécurité dans la province de l’Ituri, malgré l’état de siège mis en place pour éradiquer des groupes armés, depuis plus de 6 mois.

C’est le cas de Martin Fayulu, membre du Présidium de la Coalition Lamuka, qui exige sa libération « sans condition aucune ».

L’ancien candidat à la présidentielle de 2018 condamne fermement cette arrestation, qu’il qualifie d’un « enlèvement ».

« Nous exigeons la libération sans condition de Luc Malembe, porte-parole de Lamuka en Ituri. Luc a exprimé la déception et le ras-le-bol de la population face à l’inefficacité de l’état de siège. Nous condamnons son enlèvement et sa détention à l’auditorat militaire de Bunia, » a dit Martin Fayulu, sur compte Twitter

Selon plusieurs sources concordantes, l’acteur politique Luc Malembe a été arrêté à son bureau de travail ce mercredi 24 novembre, sur l’ordre du Gouverneur militaire de l’Ituri. Mais aucune confirmation officielle n’a été faite jusque-là.

Mais cela fait au moins 48 heures depuis que cet acteur politique connu surtout grâce à ses nombreuses sorties médiatiques, avait relayé sur les réseaux sociaux ses analyses et commentaires. L’un des passages indiquait : « Le gouverneur militaire a failli à sa mission et nous demandons à la personne qui l’avait envoyé ici, de le retourner d’où il vient », pouvait-on lire.

Une position exprimée après les massacres de plusieurs déplacés le dimanche dernier à Drodro, dans le territoire de Djugu par des miliciens de la CODECO.

Lire aussi Ituri : Luc Malembe aux arrêts après ses positions “critiques ” face à l’Etat de siège

Au début de l’année 2020, il a été arrêté par le service de renseignement avant d’être transféré au Parquet, puis détenu à la prison centrale de Bunia. A l’époque, il a été accusé de “ l’outrage au chef de l’Etat ”, mais il avait recouvré sa liberté quelques jours après.

Du gouverneur Abdallah, en passant par Bamanisa ou encore Luboya, cet acteur politique n’a cessé d’exprimer, s’il estimait nécessaire, ses positions “ contre des mauvaises situations ”, à la tête de la province de l’Ituri.

John Mary Ndika, depuis Bunia

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.