Ituri : « La justice militaire doit se saisir de certains éléments FARDC qui promettent la mort à la population à Biakato » (Député Omer Sivirwa Kahindo)

maï-maï à Mambasa. prisonniers CODEPEF droits de l'homme miliciens éléments FARDC-Bangole-Mambasa-Makumo-attaque ADF-Ituri-babila-babombi
Vue sur Mambasa-centre dans la province de l'Ituri.

Le député provincial Kahindo Sivirwa Omer élu du territoire de Mambasa, déplore et condamne les intimidations dont sont victimes des habitants de Biakato, chef-lieu de la chefferie de Babila-Babombi, en territoire de Mambasa, de la part de certains éléments FARDC, qui, dit-il, promettent la mort à ces habitants.

Le député provincial qui s’est confié à Laprunellerdc.info, indique avoir de lui-même vécu cette situation où certains incontrôlés FARDC, lui ont promis la mort après l’arrestation de deux autres militaires auteurs de cas de vandalisme au centre de Biakato, la nuit du lundi au mardi 17 mars 2020. 

«J’ai été informé qu’il y a un groupe des militaires qui promettent la mort à la population, moi-même je l’ai vécu à la sortie du camps militaire après avoir déposé les incontrôlés FARDC qui ont troublé la quiétude de la population la nuit. A ma sortie j’ai rencontré un groupe des militaires qui a commencé aussi à m’intimider et me promettre la mort comme je l’ai appris de la population » confie le député Omer Sivirwa Kahindo.

Le député Omer regrette que cette situation brise de nouveau le mariage civilo-militaire. 

Pour cela, il se dit très consternée de cette situation et indique avoir alerté l’auditorat  militaire garnison de l’Ituri, pour se saisir du dossier afin que ces militaires coupables de l’intimidation des civils soient arrêtés et qu’ils répondent de leurs actes devant la justice.

Deux autres éléments FARDC, auteurs du pillage sur les civils ont été arrêtés la matinée du mardi 17 mars 2020.

Le député Sivirwa Omer, appelle aussi les militaires au bon sens.

Roger Kambale, depuis Beni

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.