Instruction Académique 2019: les frais connexes doivent faire l’objet d’un consensus entre les partenaires de l’ESU, rappelle la prof. Bibish Masoka

La présidente de la conférence des chefs d’établissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire au Sud-Kivu et représentante du ministre de l’ESU en province, le professeur docteur Bibish Masoka Wamtu a présidé une réunion de vulgarisation de l’instruction académique prise par le ministre de l’ESU en RDC portant organisation et fonctionnement des établissements d’Enseignement Supérieur et Universitaire sur toute l’étendue de la République. Une réunion à la quelle ont pris par les chefs d’établissements de l’enseignement supérieur et universitaire, les représentants des étudiants et la presse locale.

Les échanges se sont plus focalisés sur le plan financier dans les établissements de l’enseignement supérieur et universitaires pour éclairer la lanterne de tous sur les frais contenus dans cette instruction académique 021 du ministre Thomas Luhaka.

 » Nous avons insisté sur les pages portant sur le secteur financier, ensemble on a trouvé qu’à part les frais d’études, d’inscription,le minerval, il y a d’autres frais que les étudiants ont toujours payé. On les appelle frais connexes. concernant les frais connexes le ministre a été très clair, il a dit que le paiement des frais connexes dépend de chaque filière. C’est-à-dire qu’un étudiant de la médecine ne peut pas payer les mêmes frais d’atelier comme un étudiant de Géographie, etc. » a indiqué Bibish Masoka.

Pour Bibish Masoka, les autres frais connexes, telque stipulé dans cette instruction académique doivent constitué un sujet de dialogue entre les partenaires de l’ établissement étant donné que tous les établissements de l’enseignement supérieur du pays ne se retrouvent pas dans la même situation.

 » Sous réserve des instructions du gouvernement, les frais connexes dont le Minima est fixé dans le tableau ci-dessous doivent faire objet d’un consensus à l’issue des négociations entre les partenaires suivants : comité de gestion, les délégués du corps académique, du corps scientifiques, du personnel administratif, technique et ouvrier, et de la coordination des étudiants » a-t-elle soutenu en se référant à l’instruction.

« Ce montant concerne la coordination des étudiants, les fonds de réhabilitation de construction, mobilité des enseignants, acquisition des ordinateurs et connexion internet » indique la même instruction.

Bibish Masoka a demandé à tous les partenaires de l’enseignement supérieur et universitaire de bien lire et appliquer le contenu de cette instruction. Dans la brèche du consensus qui doit être trouvé entre les partenaires, la présidente de la conférence des chefs d’établissements supérieurs et universitaires au Sud-Kivu a sollicité l’indulgence de tous dans la négociation pour chaque établissement, étant donné que la situation des établissements n’est pas uniforme.

« Il y a établissements qui ont leurs propres locaux, propres ordinateurs, propres professeurs et chefs des travaux, cela doit dépendre de la réalité de chaque établissement et de la négociation qui se passera au niveau des partenaires ci-haut cités » a-t-elle insisté.

Pour ce faire Bibish Masoka a rappelé aux partenaires de l’Enseignement Supérieur et Universitaire le caractère payant des études supérieures et universitaires en RDC et a lancé un message d’apaisement aux étudiants du Sud-Kivu pour un aboutissement meilleur dans ce processus de recherche de consensus dans les établissements respectifs.

« Les études supérieures et universitaires sont payantes au Congo. Les étudiants sont habitués à cela. Donc, ça toujours constituer un objet de consensus. Le ministre à bien dit que ce qu’il fixe c’est le minimum, donc le moindre des frais que l’étudiant doit payer et donc il faut un consensus. Je demande aux étudiants et à tous les partenaires de pouvoir lire calmement cette instruction académique et respecter ce qui est dit dans cette instruction académique » a conseillé Bibish Masoka.

Cette réunion s’est tenue dans la salle de réunion du Centre de Recherche Universitaire du Kivu/ CERUKI en commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu.

Pour rappel, le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire de la République Démocratique du Congo, Thomas Luhaka, vient de fixer les frais académiques pour l’année académique 2019-2020.

 Ils sont de 164700 Francs Congolais pour les classes de recrutement (préparatoire, première graduat et première licence), et de 131.760 Francs congolais pour les classes montantes (deuxième et troisième graduat, ainsi que deuxième licence). 247.050 Fc sont fixés pour le troisième cycle.

Ces frais sont contenus dans l’instruction académique du 15 octobre portant directives relatives à l’année académique 2019-2020 dont la rédaction de Laprunellerdc.info a pu consulter. Lire la suite des frais ici

Bertin Bulonza

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.