Insécurité en Ituri: voici les mesures prises par l’Etat-major général des FARDC et la PNC

chef - d'etat - major
Le Général d’armée, Célestin Mbala Musense à Bunia. Ph. Jorkim Jothan

L’insécurité qui prévaut dans la province de l’Ituri a fait l’objet de la descente à Bunia, du chef d’Etat-major général des Forces armées congolaises; le général Célestin Mbala Musense, vendredi 11 septembre 2020, avec le Commissaire général de la Police Nationale Congolaise; dans la ville de Bunia.

Sur place, les officiers de l’armée et de la police ont fait des rencontres avec certaines couches de la population; pour avoir une idée claire sur les causes de l’insécurité dans cette partie de la République Démocratique du Congo et les voies de sortie.

Après ces rencontres, une série des mesures conjointes urgentes a été prise; pour mettre fin à cette insécurité qui écume la région de l’Ituri.

Pour ce qui concerne les groupes armés, tout en félicitant certains groupes armés pour avoir entendu la voix de la raison, en signant l’acte d’engagement pour le DDR; obligation leur est faite non seulement de respecter l’autorité de l’Etat, mais surtout d’observer intégralement toutes les closes de l’acte d’engagement qu’ils ont signé.

A daté du 13 septembre 2020, une interdiction formelle a été faite, de circuler en arme ou de porter la tenue militaire et celle de la PNC.

«Cette interdiction concerne également toute personne étrangère aux FARDC et à la PNC ; ou toute personne non revêtue de la qualité de policier. La tenue est prohibée pour tous les éléments des groupes armés.» insiste le compte rendu de cette rencontre.

Lire aussi RDC-Ituri : la CRDH craint une “guerre ethnique” après les tueries de plus de 50 civils à Irumu

En ce qui concerne les FARDC et la PNC, en vue de la discipline, toute «divagation»; des militaires et des policiers avec armes en dehors des heures de service n’est pas autorisée; sauf pour raison de service en tenant un bulletin de service dûment signé par le commandant de l’unité.

En direction des opérateurs économiques installés en RDC; il a été décidé l’interdiction d’utiliser les militaires et les policiers dans leurs installations.

Le retrait immédiat de tous les militaires et policiers commis au gardiennage des sites miniers; et les unités de production a également été décidé. Toutefois souligne le compte rendu, les opérateurs économiques désireux de bénéficier des services des militaires et policiers; sont tenus d’adresser leurs demandes aux FARDC et à la PNC à ce sujet.

«Tout opérateur économique qui fera autrement, s’expose à des poursuites judiciaires,» souligne le meme compte rendu.

À la population de Bunia et de l’Ituri en général, un appel pour continuer à collaborer avec les forces armées et la PNC a été lancé. Les FARDC et la PNC ont loué la vaillante population de Bunia pour sa vigilance et sa collaboration; et ont remis à cette dernière  des numéros verts 0810651178, 0973173062 et 0973173980 installés au centre de coordination des opérations de l’Etat-major de la région; pour lui permettre de dénoncer tout cas suspect nécessitant une intervention urgente.

Les forces armées et la PNC se sont dites déterminées à protéger la population de l’Ituri et de Bunia en particulier jusqu’au sacrifice suprême; dans le strict respect des droits de l’homme et du droit humanitaire international

Bertin Bulonza

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.