Insécurité à l’Est de la RDC: ACMEJ rappelle l’urgence d’améliorer le social de l’armée

mubere - rulimbi - Kigwena-kabunambo - arme - Ruzizi luberizi-Corps sans vie - Mutarule-groupe armé-Lubarika-Sange-vaches-plaine-Luvungi-lynché-FARDC-ndolera
Dans la plaine de la Ruzizi en territoire d'Uvira. Ph. Laprunellerdc.info

Dans son bulletin d’information publié pour le mois août 2020, l’Association Contre le Mal et pour l’Encadrement de la Jeunesse (ACMEJ); est revenue sur les différentes tueries que connait la partie Est de la République Démocratique du Congo.

Pour cette organisation, le Gouvernement doit prendre la stratégie d’augmenter les effectifs militaires; dans les villages de l’Est de la République démocratique du Congo, où les groupes armés sont encore actifs.

Avec  un œil  particulier sur la  province du Sud-Kivu, ACMEJ pense que les gouvernants devraient penser à offrir un encadrement convenable aux militaires; qui sont actifs sur le terrain des combats, afin de permettre à ces derniers d’avoir le courage de combattre l’ennemi.

Cette organisation de défense des droits humains pense que l’armée congolaise est forte, mais elle souffre seulement par manque de camps militaires notamment. Elle cite plus particulièrement  les militaires déployés dans la Plaine de la Ruzizi au Sud-Kivu; qui logent dans les maisons des civils, et sont devenus leurs voisins. Ce qui selon ACMEJ, conduit souvent à des incidents entre les militaires et les civils.

«Si les Gouvernements national et provincial construisaient des camps militaires à des différents endroits dans la plaine de la Ruzizi; par exemple à Lemera, Katogota, Runingu, Mulenge, Ndolera, cela pourrait réduire les crimes, les abus et les violations de droits de l’homme commis contre les paisibles citoyens; montrerait la différence entre les militaires de la FARDC et les groupes armés…» écrit ACMEJ

Elle rappelle qu’en 1988, à l’époque du maréchal Mobutu, lors de la construction du monument de Katogota, dont le nom a été transformé en « monument de Kamanyola »; il était prévu de construire à Katogota un grand camp militaire qui devait déployer  de militaires, sur toute l’étendue de la Plaine de la Ruzizi. Fort malheureusement regrette ACMEJ, rien n’a été fait jusqu’ici.

L’organisation rappelle que toutes les populations de la plaine de la Ruzizi et de ses moyens et hauts plateaux ont depuis trop longtemps souffert des crimes; abus et violations de droits de l’homme perpétrés par les groupes armés nationaux et étrangers; et d’autres bandes armées inconnues, et ont besoin de paix et sécurité.

D’où son appel  au président de la République Felix Tshisekedi de matérialiser ce projet de construction d’un grand camp militaire à Katogota, dans le but de ramener totalement la paix et sécurité dans la Plaine de la Ruzizi et ses moyens et hauts plateaux.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.