Goma: suite à la mesure de la DGM, plus de 200 personnes vivant avec handicap stoppent leur mouvement à la frontière

handicap DGM
A la Petite barrière de Goma au Nord-Kivu

Depuis la mesure prise par la Direction Générale de Migration (DGM), qui consiste à payer les frais de la CEPGL (Communauté économique des pays des grands lacs) pour tout mouvement de personnes entre la ville de Goma [RDC] et celle de Gisenyi [Rwanda], les personnes vivant avec handicap font face à une crise économique dans leurs familles.

Réunis au sein de l’Association des handicapés physiques Tuungane (AHPT), ces derniers avaient déjà initié une politique contraire à la main tendue.  Mais depuis la mesure de la DGM, pour traverser la frontière entre Goma-Gisenyi, ils sont obligés de payer un montant de 15 dollars américains (CEPGL), et un test Covid à  5 dollars côté rwandais, soit un total de 20 dollars pour chaque mouvement.

Selon Ndelema Tchomba, président de l’AHPT, cette mesure est contraire à l’ancienne. Avant, ils payaient ce montant demandé, mais pour une période de deux semaines.

Ce défi vient s’ajouter à plusieurs difficultés auxquelles ces personnes vivant avec handicap faisaient déjà face, notamment trouver à manger, des vêtements et les frais pour scolariser leurs enfants.

Estimés à plus de 200, elles ont ainsi décidé d’arrêter leurs activités, espérant que cette mesure sera annulée par les responsables de la DGM.

« C’est un problème sérieux qui pose problème dans nos foyers. La direction de la DGM vient d’instaurer un système, lequel ne nous permet plus d’évoluer, donc de traverser. Avant, on devait passer avec notre carte CPGL au niveau de la petite barrière. Maintenant la DGM vient de prendre la mesure, selon laquelle à toute transaction il faut sceller le CPGL. Si vous faites 10 jours, imaginez cela, or le revenu journalier ne nous permet pas d’épargner même un dollar. Alors nous sommes dans l’incapacité de continuer le boulot, c’est pour quoi on stoppe, » explique Ngelema Tchomba.

Ces personnes vivant avec handicap disent avoir écrit au responsable de la DGM, pour suspendre cette mesure. M. Tchomba demande au pouvoir de Kinshasa de prendre des mesures spécifiques, pour cette catégorie de personnes dans la ville de Goma.

Magloire Tsongo, depuis Goma

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.