Goma: «il ne reste plus que 4 parcelles, sur les 134 que possédait l’Etat en 1993» (député Kasekwa)

Kasekwa-parcelles
Le député Jean-Baptiste Kasekwa

«Depuis l’année 1993, près de 130 parcelles de l’Etat congolais ont été spoliées par des particuliers à Goma; sous l’œil impuissant des autorités.» C’est ce qu’indique le député national Jean Baptiste Kasekwa, lors d’un point de presse tenu à Goma ce mardi 06 avril 2021; à l’issue de ses vacances parlementaire effectués dans la ville de Goma au Nord-Kivu.

Ce parlementaire indique que depuis 1993, le rapport établi par la Division provinciale de l’Urbanisme et habitat; souligne que l’état avait 134 maisons pour la seule ville de Goma. Selon lui, un deuxième rapport de ce même ministère révèle qu’après l’éruption volcanique de 2001 à Goma; 111 parcelles ont été calcinées, et qu’il y aurait resté 23 maisons de l’état.

« À ce jour, mes enquêtes démontrent que sur le 24 parcelles restantes il ne nous reste que 4 et dans ce rapport. 19 maisons sont qualifiées déclarées non affectées. J’ai accédé à l’arrêté frauduleux de cette désaffectation. Non seulement les 111 parcelles ont été déclarées emportées par les laves; comme qui dirait que le périmètre était aussi parti. 19 maisons qui existent jusqu’à présent ont été déclarées calcinées, mais vendues à des particuliers, » a déclaré JB Kasekwa.

A en croire ce parlementaire, les parcelles de l’OSPT n’ont pas été épargnés par cette situation. Il précise en outre que 19 parcelles de l’état ont été aussi vendues à des particuliers; comme par exemple le stade SOTRAKI avec un jugement «inique», le stade les volcans de Birere…

Vu l’ampleur de cet état des choses, cet élu appelle la population à une mobilisation afin que ces biens appartenant à l’état lui reviennent. «Il est inacceptable que des personnes nourris par le trésor public puissent s’aliéner le patrimoine de l’état sous nos yeux, » dit-t-il.

Le député Kasekwa a promis de saisir le Premier ministre, afin de lui demander de signer un arrêté qui surseoit tous les autres «frauduleux» précédents; pour voir par quel mécanisme ces biens de l’Etat pourraient être récupérés.

Freddy Ruvunangiza à Goma

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.