Goma: Clôture du programme ‘’IMAGINE’’ de Mercy Corps, des révélations accablantes de ‘’détournement’’

infrastructures
Des membres du Gouvernement provincial visitent les travaux de Mercy Corps à Goma. Ph. Laprunellerdc.info

Clôturé officiellement ce mercredi 31 Octobre 2021 et remis au gouvernement provincial; le programme ‘’IMAGINE’’ de Mercy Corps, exécuté dans les villes de Goma et Bukavu; est au cœur des contestations par une certaines opinion. C’est entre autres, la société civile du Nord-Kivu, la notabilité ainsi que quelques députés, qui mettent en cause sa mise en œuvre.

Dans une conférence de presse tenue à Goma ce vendredi 02 Avril 2021; et animée conjointement avec la notabilité du Nord-Kivu; représenté par le notable Patrick Mundeke, le député provincial Jean-Paul Lumbu Lumbu; a évoqué un ‘’détournement’’ de l’aide public par l’ONG Mercy Corps.  Celui-ci a exigé une transparence totale à travers des enquêtes devant être menées dans le cadre de ce projet.  

Selon Jean-Paul Lumbu Lumbu, ce détournement se justifie d’abord par le fait que le programme a connu un grand retard dans sa mise en œuvre, contrairement à la date prévue. Ce député dit regretter de constater que pour une période de 5 ans prolongée à 7 ans, Mercy Corps n’a construit qu’une dizaine de bornes fontaines dont une seule visitée lors de la remise et qui avait des difficultés de faire couler de l’eau, ainsi qu’un seul réservoir sur les deux est fonctionnel.

« La population attendait 94 bornes fontaines ajoutées au 55 du programme I-Wash. Nous avons pensé que 145 bornes fontaines devraient soulager la population de la ville de Goma; dans la misère sur la pénurie d’eau. Mais tel n’a pas été le cas. Le programme IMAGINE a été clôturé et les ouvrages remis au gouvernement; mais nous n’avons pas vu 94 bornes fontaines; et nous n’avons pas vu non plus l’eau couler dans des bornes fontaines. Si le Gouvernement a réceptionné ces ouvrages; c’est de son droit, mais moi entant que député provincial, élu et mandaté par la population de Goma; je vais poursuivre ce combat pour qu’on soit rassuré que les 94 bornes existent bel et bien; et que la population devra accéder à 94 bornes à défaut on ne va pas exclure une sanction politique contre le gouvernement » a fait savoir Jean Paul Lumbu Lumbu.
Lire aussi: Goma: les ouvrages du programme « IMAGINE » de Mercy Corps, remis officiellement au Gouvernement provincial

Celui-ci dit être au regret de constater que certains élus provinciaux et nationaux se divisent autour de ce programme; oubliant la misère que traverse la population de Goma suite au problème d’accès à l’eau potable.

Des révélations sur le détournement

Alors que le projet tenait à sa fin, en février 2020, plusieurs sources avaient confirmé un présumé ‘’détournement’’ de l’aide public par Mercy Corps.

 Selon certaines révélations, le dit détournement débute par une obligation de Mercy Corps; demandant à la REGIDESO qui exécutait la vente de l’eau; de céder le marché de commercialisation de l’eau dans la partie Nord de la ville de Goma au profit d’une société « créée par Mercy Corps ».

Dans cette démarche, des parts sociales de cette société nommée ‘’Congo Maji’’; auraient été transférées à E4i, une entreprise britannique identifiée comme Société Congolaise, mais jugée fictive par le gouvernement congolais; et composée par les sociétaires de Mercy Corps dans plusieurs coins du monde.

Une situation qui aurait tourné au tour des intérêts, du fait que les 55 premières bornes fontaines construites dans le cadre du projet I-Wash; gêneraient plus d’1 millions de dollars américains l’an avec un accord signé entre la REGIDESO sous « violation » de la loi sur la passation des marchés. 

Vu la gestion opaque du programme ‘’IMAGINE’’; le député Jean Paul Lumbu Lumbu avait décidé de saisir le ministre provincial de l’énergie et ressources hydrauliques.

A travers cette démarche parlementaire; ce député avait voulu des explications de la part du ministre provincial, Jean Ruyange; qui dans ses éléments de réponse à la question écrite du député Lumbu Lumbu; aurait confirmé un détournement de l’aide public dans ce projet.  

Le ministre de l’énergie et ressources hydrauliques du Nord-Kivu; aurait même demandé que les comptes de la société ‘’Congo Maji’’ soient bloqués; et que les responsables de E4i puissent être interpellés par la province, par le fait d’avoir utilisé des fonds de la société Congo Maji pour financer leur établissement en RDC.

Cependant, cet élu préconise la création d’une nouvelle société provinciale; qui pourra se charger de la gestion et de la vente de l’eau. Une façon pour lui de permettre aux élus de contrôler toutes les actions du projet « IAGINE »

Pour rappel, le programme « IMAGINE » de l’ONG Mercy Corps; consistait à la réhabilitation des infrastructures et à l’addiction d’eau potable dans deux villes du pays; dont Goma, au Nord-Kivu et Bukavu, au Sud-Kivu.  Le programme consistait également à la construction de 2 réservoirs de 5 milles mètres cubes chacun, et 94 bornes fontaines dans différents quartiers de la ville de Goma.

Mercy Corps se défend 
Réagissant aux accusations de ce député et certains mouvements citoyens , Mercy Corps avait dans une conférence de presse rejeté formellement ce qu’elle avait qualifié des accusations « gratuites et non fondées.
Tout en précisant que les bailleurs des fonds arrivaient régulièrement pour mener des évaluations et rencontraient toutes les parties prenantes.
« Ce que les gens doivent savoir est que quand on finance un programme; on ne décaisse pas tout le fond, et dans la mise en œuvre du programme IMAGINE, il y avait des évaluations qui se faisaient trimestriellement. C’est à dire que les bailleurs des fonds arrivaient après 3 mois pour évaluer et rencontraient toutes les parties prenantes. Et donc dire qu’il y a eu dissipation des fond, c’est sont des accusations gratuites et non fondées parce qu’on doit quand même avoir du respect au bailleur; qui a donné son argent et qui a assuré, le suivi, les dépense et l’exécution du programme » ont fait savoir les responsables d’IMAGINE.
Malgré cela, ces derniers rassurent que toutes les doléances sur une quelconque « mégestion » subissent toujours un suivi des façons qu’il y ait transparence; dans la mise en œuvre du programme.

Freddy Ruvunangiza, depuis Goma

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.