Fizi: l’armée balaye «d’un revers de la main» les accusations de soutien à des groupes armés locaux

Au cours d’un face-à-face avec la presse d’Uvira, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont démenti de la manière la plus forte soutenir un groupe armé tribal au détriment d’un autre dans la région de Minembwe en territoire de Fizi.

Le capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole de l’opération Sukola 2 dans le Sud de la province du Sud-Kivu indique que deux des multiples groupes armés à caractère tribal de la région accusent les FARDC de soutenir un autre groupe tribal.

« Comment les FARDC qui travaillent sous le drapeau national peuvent soutenir un petit groupe des bandits à mains armés qui pille et brûle les maisons des citoyens. Nous nous donnons le courage de démentir avec la dernière énergie cette version des faits et c’est vérifiable. Notre armée est composée des jeunes de plusieurs tribus du Congo et non seulement les tribus de Fizi et de Minembwe et par cette occasion en garde tout individu mal intentionné qui manipule la population des territoires de Fizi et Uvira pour qu’elle soit contre son armée. Ces mêmes groupes armés ont cité nommément le Général de Brigade Rugayi Sengabo David et les autres officiers FARDC, les accusant de soutenir Ngumino et autres. J’ai bien dit, Ngumino signifie restons ici pourtant les FARDC ont toujours été relevés et mutées pour travailler partout en RDC. Ce groupe armé existe depuis 1964, certains de nos jeunes officiers n’étaient pas encore nés. Aujourd’hui nous venons de tous les territoires de la RDC pour sécuriser notre population du Sud-Kivu conformément à la Constitution et à notre serment… Nous balayons donc d’un revers de la main toutes les accusations fomentées par certaines personnes mal intentionnées contre les militaires en opérations dans les territoires de Fizi  et d’Uvira avec l’intention de vouloir décourager les militaires pour réussir leur sale besogne.» dit le Capitaine Dieudonné Kasereka rappelant que les FARDC ont reçu la mission de sécuriser Minembwe et environs.

Il indique par ailleurs que les services spécialisés sont à pied d’œuvre pour savoir s’il y a certains officiers qui « se seraient mal comporté pour qu’ils soient vite sanctionnés ».

Ce porte-parole de l’armée dans cette région instable du Sud-Kivu dément également des accusations faisant état de l’arrivée de plusieurs armes et équipement neuf pour « tuer les membres de certaines communautés de Minembwe».

«Le Gouvernement Congolais fait tout pour doter son armée des équipements modernes pour faire face à l’existence de petits groupuscules des hommes armés afin de pacifier toute la République, qui est un souhait de la population Congolaise» note-t-il.

La région de Fizi et spécialement Minembwe est confrontée à plusieurs conflits à caractère tribal qui datent de plusieurs années.

Des familles de toutes les communautés confondues se sont dotées des armes pour dit-on se sécuriser et sécuriser leurs champs et bétails. Ce qui a conduit à la création des groupes armés dont les plus célèbres sont les Twiraneho, Ngumino, Mulumba , Birozebishambuke. Des groupes armés qui s’associent aux miliciens Maïmaï, aux FNL, Red Tabara et Forebu venant du Burundi voisin.

Dans une conférence organisée fin février avec des journalistes à Bukavu, le journaliste Nicaise Kibel’bel Oka avait prévenu les médias sur plusieurs intoxications distillées dans l’opinion pour discréditer l’armée sur le front. Il avait appelé les Congolais à soutenir leur armée qui se bat avec les moyens de bord pour sécuriser le territoire national et anéantir des groupes armés.

Jean-Luc M.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.