Enquêtes sur la mort de Kahimbi: la Présidence contredit Jolino Makelele

Kahimbi D
Le Général Delphin Kahimbi. Ph. Tiers

La Présidence de la République Démocratique du Congo a tenu également à clarifier le rôle de la Mission des Nations Unies dans les enquêtes sur la mort de Kahimbi, patron des renseignements militaires en RDC.

La mise au point est intervenue ce lundi 9 mars dans la soirée à la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC) par le porte-parole du Président Kasongo Mwemba Yamba Yamba.

Pour la Présidence de la République, la mission onusienne en RDC ne pilote pas l’enquête sur la mort inopinée du général Delphin Kahimbi, patron des renseignements militaires; cette tâche revient plutôt aux juridictions congolaises compétentes.

Lire aussi: RDC: le Général Delphin Kahimbi est mort par pendaison, selon une enquête indépendante diligentée par Félix Tshisekedi

«Contrairement à certains propos repris dans le point 4 de la communication du Président de la république, propos repris dans le compte rendu de la 24ème réunion du conseil des ministres, l’enquête sur le décès du général Kahimbi a été confiée aux autorités congolaises compétentes et non à la Monusco, la Monusco dont ce n’est pas la vocation en RDC. Le concours de la Monusco a été requis sur le plan technique et scientifique. Uniquement dans ces 2 domaines-là» ; a-t-il dit.

Dans le compte-rendu du Conseil des ministres du 6 mars dernier, le ministre de la Communication avait évoqué une enquête faite « sur initiative de la Monusco » dans les enquêtes sur la mort de Kahimbi.

Au sujet de l’enquête sur le décès du Général Kahimbi, le Président de la République a informé les membres du Conseil qu’il avait décidé de diligenter une enquête indépendante à l’initiative de la Monusco. Cependant, d’après les éléments en sa possession, il s’avère qu’il s’agit d’une mort par pendaison. En tout état de cause, le vœu du Chef de l’Etat est que toutes ces enquêtes se terminent rapidement afin de soulager la famille éplorée.” indiquait le compte-rendu signé par Jolino Makelele, ministre de la communication et porte-parole du Gouvernement.

Lire aussi: Mort de Kahimbi: la MONUSCO clarifie son rôle dans les premières enquêtes

Ce même lundi sur radio Okapi, Mathias Gillman porte-parole de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) a abondé dans le même sens.

«Il est important de clarifier notre rôle dans l’enquête sur les circonstances de la mort du général Delphin Kahimbi. La Monusco n’est pas mandatée pour mener les enquêtes, nous avons des compétences techniques et scientifiques en matière de médecine et d’analyse médico-légale. Donc, c’est dans ce domaine-là que les autorités congolaises nous ont demandé un soutien que nous avons apporté conformément à ce que nous essayons de faire. Nous essayons toujours de répondre positivement aux demandes d’aide d’assistance, de soutien que les autorités nous font et en l’occurrence donc nous avons répondu à la demande du gouvernement », a-t-il précisé.

Rappelons que le Général-Major Delphin Kahimbi, est décédé à la fin du mois de février dans sa résidence de Kinshasa alors qu’il devait être entendu pour la deuxième fois par le Conseil National de Sécurité au sujet des accusations qui lui avaient valu la suspension comme chef des renseignements militaires quelques heures avant.

Cette mort a suscité des commentaires dans tous les sens sur l’étendue de la République. Des commentaires dans la classe sociale comme chez les acteurs politiques.

Honneur-David Safari

Etiquettes:

1 commentaire

  1. Nous attendons la fin de l’enquête cours et que ça ne soit pas comme celle du crach de l’avion qui assurait la logistique présidentielle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.