Élections 2023: Lamuka demande l’implication de la Communauté internationale pour prévenir tout chaos (Communiqué)

marche de lamuka politisé
Martin Fayulu et Adolphe Muzito

Présidium de LAMUKA

Communiqué du 10 janvier 2022

Le Présidium de LAMUKA note que M. Félix Tshisekedi est déterminé à défier, une fois de plus, le peuple congolais en cherchant, à tout prix, à conserver le pouvoir qu’il a usurpé il y a trois ans.

En manipulateur maladroit, il tente de distraire tout le monde, en posant les jalons à la fois de sa volonté ferme de tricher lors des élections de 2023 ou de renvoyer celles-ci aux calendes grecques.

Après avoir illégalement nommé ses hommes à la Cour constitutionnelle, il s’emploie maintenant à s’assurer le contrôle total de la CENI en plaçant les membres de son parti, UDPS, aux postes de Président de Rapporteur et de Secrétaire exécutif national de cette institution voulue indépendante par la Constitution.

En conséquence, le Présidium de LAMUKA appelle le peuple congolais à s’opposer courageusement à la tentative de M. Tshisekedi d’organiser une nouvelle forfaiture qui ouvrirait la voie aux ennemis de la RDC pour matérialiser leur projet de balkanisation de notre pays.

Puisqu’il est temps de réaffirmer la puissance de l’esprit du Congolais, le Présidium de LAMUKA rappelle que le 04 janvier 1959, les Congolais s’étaient levés pour refuser la domination du colonialisme en arrachant Pin dépendance. Le 16 février 1992, le peuple avait dit non au Maréchal Mobutu et avait obtenu la réouverture de la Conférence nationale souveraine. Dans la semaine du 19 au 26 janvier 2015, le peuple avait stoppé net la volonté de M. Kabila de conditionner la tenue des élections à un recensement préalable. Enfin, le 19 septembre 2016. Les congolais avaient massivement donné un préavis à M. Kabila qui avait conduit au dialogue du Centre interdiocésain et produit l’Accord de la CENCO le 31 décembre 2016. Aujourd’hui, nous devons nous préparer à recourir à l’article 64 de la Constitution pour refuser toute forme de dictature. Pour ce faire LAMUKA organisera à partir du mois de février une série d’actions, notamment des sit-in devant le bureau de la CENI pour réclamer la dépolitisation de cette institution d’appui à la démocratie.

Face à la gravité de la situation, LAMUKA attire l’attention de l’Union Africaine, de l’Union Européenne, des États-Unis et du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur l’évolution dangereuse du processus électoral en RDC et leur demande de se saisir urgemment du cas afin de prévenir tout chaos qui résulterait de ces provocations et sauver un processus électoral voulu impartial et apaisé par le peuple congolais.

Il y a péril en la demeure

Martin Fayulu

Adolphe Muzito

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.