Désignation des membres de la CENI : l’UE, les USA et 16 pays notent, « à regret », le manque de consensus entre parties prenantes

Denis Kadima -désignation - ceni
Denis Kadima

Les représentants de ’Union Européenne, des Etats-Unis d’Amérique et 16 autres pays présents en République Démocratique du Congo notent, à regret, que les parties prenantes ne sont pas parvenues au consensus pour la désignation des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Un consensus, rappelle-t-on, qui constitue un élément important pour renforcer la confiance à l’égard du processus électoral à venir.

Ils l’ont dit ce mardi 26 octobre 2021, dans une déclaration conjointe signée par l’Allemagne, la Belgique, le Canada, la Corée du Sud, de l’Espagne, des Etats-Unis, de la France, de la Grèce, de l’Italie, du Japon, de la Norvège, des Pays-Bas, du Portugal, du Royaume-Uni, de la Suède, de la Suisse, de la Tchéquie, et de l’Union Européenne.

Lire aussi: CENI : Denis Kadima et son équipe prêtent serment ce mardi devant la Cour constitutionnelle

 Ces partenaires de la République Démocratique du Congo réitèrent les principes énoncés lors de leur déclaration conjointe du 27 avril 2021 saluant l’investiture du nouveau Gouvernement congolais.

« Ils réaffirment leur attachement aux principes partagés de transparence, de liberté, d’inclusivité, d’impartialité et de crédibilité des prochains scrutins, essentiels à la consolidation de la démocratie et à la stabilité en RDC. S’agissant de la désignation de l’ensemble des membres de la CENI, ils notent, à regret, que les parties prenantes ne sont pas parvenues au consensus, qui constitue un élément important pour renforcer la confiance à l’égard du processus électoral à venir », disent ces pays.

Ils appellent dès lors les autorités compétentes à rechercher l’adhésion de tous les acteurs concernés, notamment les partis politiques et la Société civile, au processus électoral et à renforcer leur confiance en celui-ci.

« A cette fin, les prochaines étapes cruciales incluront la révision de la loi électorale, qui doit renforcer les mécanismes de contrôle et de transparence, le lancement effectif du processus d’identification et d’enrôlement des électeurs, ainsi que l’établissement d’un budget idoine et d’un calendrier électoral respectant les échéances constitutionnelles », lit-on dans la déclaration.

Lire aussi: RDC : le CLC, Ensemble, ECIDE, Nouvel Elan et le FCC accusent Tshisekedi de «refuser l’indépendance de la CENI»

Ils encouragent la CENI à renforcer sa redevabilité et l’ensemble des parties prenantes concernées à se concerter, en vue d’assurer la crédibilité et le bon déroulement des futures élections. Ils réaffirment leur soutien au Gouvernement congolais pour l’organisation d’élections », soutiennent ces pays.

Abiud Olinde

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.