Danny Singoma (CCNSC) appelle à soutenir le forum de Goma sur le P-DDRC-S : «ne ratons pas le train en nous mettant à l’écart »

Danny Singoma - ccnsc
Danny Singoma, Coordonnateur du CCNSC en RDC. Ph. Tiers

Danny Singoma, le Coordonnateur National du Cadre de Concertation de la Société Civile en République Démocratique du Congo (CCNSC) appelle les acteurs et organisations de la Société Civile à soutenir le « Forum de Goma » sur le Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation (P-DDRC-S). Un Forum appelé en vue d’aplanir les divergences sur la suite à donner après la contestation et le soutien par les uns et les autres du nouveau leadership à la tête de ce programme mis en place par le Président Tshisekedi.

Réagissant à l’article de LaPrunelleRDC.info sur sa position entant que Coordonnateur du Cadre de Concertation Nationale de la Société Civile vis-à-vis de la crise actuelle, Danny Singoma est formel : il n’a pris aucune position. Sa position, dit-il, est celle de la Société Civile dont le CCNSC est un centre de convergence des organisations. « Un centre de dialogue et de concertation quand les voix ne s’accordent pas afin de trouver une position médiane, un dénominateur commun en mettant les acteurs autour d’une même table », tient-il à préciser en premier lieu.

Lire aussi: P-DDRC : Danny Singoma (CCNSC) choisit son camp

Singoma rappelle que la question du P-DDRC-S est une question cruciale qui concerne la vie des millions des congolais. Il appelle à s’approprier le programme.

« Allons-nous continuer à nous battre contre le Coordonnateur et refuser que le Programme progresse ? Il faut nous approprier le programme, c’est indépendamment d’un Coordonnateur. Il peut être changé, disparaitre, être confirmé mais nous la Société Civile nous aurons du retard à prendre le train alors qu’il faut définir le Programme maintenant avant qu’il ne soit mis sur pieds. Les mécanismes du programme ne sont pas encore déployés. Reviendrons-nous encore pour revendiquer de refaire le programme si les mécanismes sont déployés sans nous ? On n’a pas pris une position pour Tommy. Loin de nous. Nous avons pris une position pour la Société Civile », dit-il à LaPrunelleRDC.Info.

Respect aux points de vue des uns et des autres

Danny Singoma veut également à tout prix préciser le sens du communiqué de sa structure appelant au Forum de Goma sur le P-DDRC-S.

« Il faut que la Société Civile s’implique dans ce programme et nous avons dit que nous reconnaissons la liberté d’expression et l’expression démocratique des organisations de la Société Civile qui s’expriment sur cette question. On ne peut pas étouffer les revendications ou les frustrations des gens. Il faut que les acteurs soutiennent le Forum de Goma parce que c’est notre forum de la Société Civile parce que c’est là que nous allons dire et porter nos revendications et avoir plus de voix. On n’a pas choisi de camps, nous sommes dans la voie de la raison, la voie de la Société Civile. La question de subjectivité ne nous intéresse pas », insiste le Coordonnateur du CCNSC.

« Ne ratons pas le train en nous mettant à l’écart ».

Dans le débat contre Tommy Tambwe ouvert par des organisations et faitières de la Société Civile qui pointent du doigt son passé sinistre au sein des rebellions en RDC, Danny Singoma rappelle que ce programme n’est pas celui du seul Coordonnateur désigné par le Chef de l’Etat. 

« Que ça soit n’importe quel animateur, ce n’est pas notre problème mais les gens ont le droit de revendiquer ou de récuser qui ils veulent. Ne ratons pas le train en nous mettant à l’écart. Pour le moment, prenons le train, entrons dans le jeu, pour voir les mécanismes qui sont mis en place et revendiquons à l’intérieur. C’est de l’intérieur que nous pouvons revendiquer en ayant une place, en ayant des évaluations. Moi, je suis convaincu qu’il ne faut pas laisser passer ça.  C’est une question d’institution. Tommy peut tomber malade et les autres vont continuer. Aujourd’hui ils vont mettre en place leurs plans et risque de mettre ceux qui ne nous concernent pas et nous, on sera en train de regarder les choses qui ne sont pas de l’avis de la Société Civile être exécutées et nous allons pleurer alors que les autres vont se présenter déjà comme la Société civile à l’intérieur. Il faut éviter la politique de la chaise vide et la subjectivité », conseille-t-il.

Lire aussi: P-DDRCS : tambour battant, Tommy Tambwe au Kivu pour tenter de se faire une légitimité

Pour pérenniser les acquis de ce programme et plus de résultats, le Coordonnateur du CCNSC croit déjà se battre pour transformer ce programme en une institution qui est régie par une loi organique. « C’est l’idéal parce qu’il y aura d’autres recompositions ».

Jean-Luc M.

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.