Couvre-feu au Sud-Kivu : des militaires en profitent pour ériger des barrières payantes et illégales sur la RN5 près de Baraka

bandits - armés - makungu - fizi - homme - misisi-chambre de prière - fusillade-BASES-Yakutumba-Couvre-feu - RN5. Misisi - Fizi-RLPC
Misisi en territoire de Fizi au Sud-Kivu. Ph. Laprunellerdc.info

Alors que le Chef de l’Etat, pour lutter contre la propagation de la deuxième vague du covid-19, a annoncé la tenue d’un couvre-feu chaque jour à partir de 21 heures; certains militaires à Fizi en profitent pour ériger des barrières payantes et illégales sur la RN5.

L’alerte est du Réseau Local de Protection des Civils RLPC qui renseigne que ces barrières sont érigées au niveau de Matongo en Commune de Kalundja, dans la ville de Baraka.

Ces militaires et policiers ont, selon le RLPC érigé cette barrière illégale et payante depuis le 18 décembre 2020 à Matongo où ils exigent aux passants : tout motard de payer 1000 FC et chaque piéton de payer 500 FC; à partir de 19 heures. 

Lire aussi: Coronavirus/Sud-Kivu: la Société Civile demande au Gouverneur de prendre des mesures « nuancées et contextualisées »

Cette situation est alors perçue par des habitants de Baraka comme une tracasserie non justifiée et un enrichissement illicite de la part de ces policiers et militaires qui organisent cette opération nocturne durant ces heures de la tombée du soleil.

Cela étant, le RLPC demande au Conseil de Sécurité de la ville de Baraka, de faire le suivi rapproché pendant cette période de couvre-feu; afin de prévenir la résurgence des cas des violations des Droits Humains.

Judith Maroy

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.