Le Commandant de la 33ème région militaire sous pression après des propos contre des acteurs de la Société civile sur l’exploitation illicite des minerais

NDSCI confessions religieuses
Jean-Chrysostome Kijana, président national de la NDSCI. Ph. Laprunellerdc.info

Des forces vives du Sud-Kivu exigent des excuses publiques du Commandant de la 33ème Région militaire, le Général Bob Kilubi, qui a récemment qualifié la Société Civile du territoire de Mwenga, d’un groupe de «malfrats, bandits et des coupeurs de route».

Une demande contenue dans une déclaration commune rendue publique ce jeudi 9 septembre 2021 à Bukavu, et signée par le Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu, la NDSCI, le Collectif des mouvements citoyens Amka Congo, et le mouvement citoyen OBAPG-RDC.

Pour ces structures citoyennes, pareils propos sont d’une « extrême gravité » et nécessitent de la part de leur auteur des preuves irréfutables attestant ses affirmations. Ces dernières parlent d’une imputation dommageable, et qui selon elles, met sérieusement en mal les relations, pourtant bonnes, entre les civils et les militaires.

«Les organisations et mouvements citoyens de la société civile du Sud-Kivu dans sa pluralité, signataires de la présente, ont été peinés et scandalisés par les propos peu responsables du Commandant de la 33e Région Militaire, le Général de Brigade kilubi Bob qui, dans une séquence de vidéo qui fait le tour de la toile s’est donné l’audace de qualifier les acteurs de la société civile de Mwenga des malfrats, bandits et coupeurs des routes. Chercher à opposer l’armée à sa population est une sérieuse menace et constitue un vrai sabotage des efforts du Chef de l’Etat, Commandant Suprême des Forces Armées de la RDC, qui est résolument engagé pour le retour de la paix à l’Est de notre pays en encourageant la population civile, à travers ses regroupements sociaux au sein de la société civile, à accompagner les éléments de son armée dans cette guerre nationale,» dit cette déclaration lue par Jean-Chrysostome Kijana, Président national de la NDSCI.

Lire aussi Sud-Kivu: le Commandant de la 33ème région militaire déclare que la Société Civile de Mwenga est constituée des «malfrats et des coupeurs des routes»

Ces organisations affirment que ces propos du responsable de l’armée au Sud-Kivu et au Maniema les poussent à se questionner sur le degré de son « implication personnelle » dans le détournement des militaires à des fins privées, et qui sont affectés à la sécurisation des sites miniers en violation de la loi.

«Il s’agit du détournement des militaires à des fins privées, en violation flagrante de l’article 188 de notre constitution, en les commettant à la sécurisation des sites où des étrangers chinois se livrent à une exploitation illicite de nos minerais, en détruisant systématiquement notre environnement et en violant au quotidien les droits humains. Des rapports produits par les organisations de la société civile et les images qui illustrent ces réalités qui fâchent le Général sont pourtant là ! Pourquoi le Général se sentirait fortement touché par les révélations des structures citoyennes ? Se reproche-t-il de quelques choses ?» s’interrogent- ces organisations.

Ce qui pousse ces forces vives à exiger au Commandant de la 33ème région militaire de retirer ses propos dans les 72 heures, faute de quoi ils annoncent des actions citoyennes de grande envergure, pour exiger le départ et le remplacement du Général Bob Kilubi à la tête de la 33ème Région Militaire.

«Le Sud-Kivu ayant déjà par le passé connu des assassinats de ses acteurs défenseurs des droits de l’homme, nous prenons pour seul responsable, le Général Bob Kilubi de tout ce qui peut arriver à l’un ou l’autre acteur de la Société Civile du Territoire de Mwenga en particulier et ceux du Sud-Kivu en général. Nous prenons à témoin la communauté tant nationale qu’internationale d’activistes et défenseurs des droits de l’homme face à ces graves menaces nous proférées par le Général Bob Kilubi,» insistent-elles.

Lire aussi Mwenga: des sites miniers demeurent contrôlés et exploités par des militaires FARDC

La Société Civile du Sud-Kivu, la NDSCI, OBAPG-RDC et le Collectif Amka Congo, encouragent les autorités congolaises à diligenter des enquêtes sur l’exploitation illicite des minerais dans la province du Sud-Kivu, et demandent que des sanctions exemplaires soient réservées contre toute autorité, tant civile que militaire, dont la responsabilité sera établie.

Rappelons que le Général Bob Kilubi a tenu lesdits propos au cours d’une parade mixte (militaires et policiers) qu’il a commandé la semaine dernière au Camp Saïo de Bukavu, conjointement avec le Commissaire provincial de la police en province du Sud-Kivu, faisant allusion aux dénonciations faites par la Société Civile de Mwenga sur l’implication des militaires dans l’exploitation illicite des minerais dans plusieurs sites miniers à Mwenga

Abiud Olinde

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.