CENCO: «la gratuité n’est possible que si les moyens financiers conséquents l’accompagnent»

cenco - gratuité -rentrée parlementaire. la CENCO annonce des messures sanitaires pour la reprise des messes

La problématique de la gratuité de l’enseignement en RDC continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Alors que les enseignants des écoles publiques ont séché les cours depuis la rentrée scolaire le 4 octobre dernier, le Gouvernement congolais à travers le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, n’a cessé d’accuser l’église catholique notamment, d’être derrière ce mouvement de grève et d’entretenir un combat contre la gratuité.

Réagissant à ces allégations, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) fait savoir que la gratuité de l’enseignement est bien irréversible et non négociable. Cependant, elle estime que celle-ci ne peut être possible que si les réformes nécessaires se mettent en place, et les moyens financiers conséquents les accompagnent.

« La gratuité est un droit constitutionnel.  Pour la CENCO, elle est donc irréversible et non négociable mais cela n’est possible seulement, que si les réformes nécessaires se mettent en place et les moyens financiers conséquents les accompagnent, » a dit la CENCO dans une déclaration rendue publique ce vendredi 22 octobre.

Lire aussi Grève des enseignants à Goma: CAFED s’inquiète pour les filles mineures

Ce partenaire éducatif de l’état congolais depuis l’époque coloniale, regrette par ailleurs qu’en dépit de toutes les recommandations faites aux autorités, « aucune » d’elles n’a été prise en compte pour cette nouvelle année scolaire.

La CENCO fait savoir en outre qu’une enquête effectuée dans 19 provinces et sur les écoles de sa gestion, 1.055 enseignants soit 14% des enseignants du primaire, sont non payés jusque-là. 6.781, soit 34% des enseignants du secondaire, sont aussi non-payés. 

Les évêques catholiques pensent qu’il est urgent que le gouvernement se penche sur toutes les questions de fond soulevées, aussi bien par la politique de la gratuité, que par le processus global de gouvernance du secteur éducatif.

Judith Maroy

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.