«Ce dialogue est historique » (Tharcisse Kayira sur le dialogue d’Uvira)

Tharcisse Kayira, le coordonnateur de l’organisation  Action pour le Développement et la Paix endogènes (ADEPAE) se dit satisfait du dialogue intercommunautaire pour la paix et la sécurité dans les Hauts et Moyens plateaux d’Uvira, Fizi et de Mwenga dans le Sud de la province du Sud-Kivu.

Membre du Consortium organisateur, il parle d’un dialogue « historique » dans la région.

 Pourquoi historique ?

Tharcisse Kayira explique que son organisation (ADEPAE) a organisé plusieurs dialogues mais ces dialogues organisés dans le temps n’ont pas connu la présence de l’autorité de l’état et n’ont pas connu l’appui de la présidence de la République.

«Le fait que la présidence de la République a été représentée dans ces assises jusqu’à la fin, c’est historique. Parce qu’on n’a jamais connu la présence d’un Gouverneur qui reste pendant 4 jours dans les assises. C’est historique d’avoir l’armée, la police et les services de sécurité, les communautés, les majestés restés pendant tout ce temps dans le dialogue. C’est historique quand on regarde les engagements des communautés, de la partie gouvernementale, il y a de quoi avoir confiance. Il y a de quoi espérer que la paix viendra. Il est question maintenant que les uns et les autres, chacun pour ce qui lui concerne prenne ça au sérieux. En dépit des violences ou de perturbations qui peuvent encore surgir, il est à chacun, (je l’espère quand on regarde les engagements, ce n’est pas folklorique ou politique, ça vient de l’intérieur) de prendre ses responsabilités » a-t-il relevé.

Le coordonnateur d’ADEPAE note que chacune des communautés a exprimé la nécessité de la paix. Il pense alors que la prochaine étape sera des dialogues entre communautés sur des questions qu’elles trouveront importantes. Il s’agira, selon Kayira, des dialogues bilatéraux.

«C’est aussi historique parce que chacune des communautés a montré la nécessité de la paix et a tendu la main aux autres communautés à continuer le dialogue sur des questions qu’elles trouvent importantes. Ces questions-là évoquées par des communautés comme des problèmes doivent constituer des dialogues bilatéraux entre ces communautés qui estiment que l’autre a un problème avec elle. Il est question maintenant d’organiser des dialogues bilatéraux entre les différentes parties prenantes sur des problèmes présentés et qui tiennent à cœur à cette communauté. C’est dans ce cadre-là que je donne la chance et la confiance à ce dialogue »

Pour rappel, c’est ce vendredi 28 juin 2019 que les travaux du dialogue sur la paix et la sécurité dans les Hauts et Moyens Plateaux de Fizi, Uvira et Itombwe dans le territoire de Mwenga au Sud du Sud-Kivu, ont pris fin.

Organisé par un consortium d’organisations non gouvernementales dont Alert International tient le lead, ce dialogue visait principalement à trouver des réponses aux causes des conflits récurrents dans cette région habitée principalement par les Babembe, Bafuliiru, Banyamulenge, Bavira et les Banyindu.

Le dialogue s’est tenu à Karibu Lodje à Kavimvira dans la ville d’Uvira.

 Jean-Luc M.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.