Bukavu: une semaine après la tête d’érosion sur Kawa, «aucun» effort des autorités pour sauver la «Place de l’indépendance»

Kawa
tête d'érosion vers la Place de l'Indépendance à Bukavu. Ph. Laprunellerdc.info

La pluie qui s’est abattue sur la majeure partie de la ville de Bukavu le mercredi 17 mars 2021 n’a pas laissé la rivière Kawa dans sa quiétude. Cette rivière qui se déverse dans le lac Kivu en passant par la Place de l’indépendance; s’est vue débordée par les eaux de cette pluie, emportant ainsi une grande partie du mur qui la sépare avec la route Place-Industrielle; provoquant une tête d’érosion qui menace de couper cette route non loin du monument.

Une semaine après cet incident, des observateurs cherchent à savoir ce qui bloque le début des travaux de stabilisation de cette rivière. Les autorités politico-administratives ne sont-elles pas au courant de cette situation ? Minimisent-elles le danger ?

«Minimisation du danger, non», a répondu le Ministre provincial des infrastructures et affaires foncières du Sud-Kivu.  Me Ndigaya Ngezi dit La Fantaisie indique que 2 jours après le dégât; il s’est rendu sur le lieu accompagné des services techniques, pour constater et prendre la décision.

« L’érosion nous a surpris mais comme c’est une catastrophe, la nature nous l’a imposé. On a trouvé que le coup était un peu élevé, on a transmis l’état de besoin à Kinshasa » a-t-il expliqué à Laprunellerdc.info; soutenant que l’endroit endommagé touche directement la Route Nationale N°2, «donc pas possible pour le Gouvernement provincial d’y intervenir».

« Les routes nationales reviennent au Gouvernement central, alors nous à notre niveau; vu les moyens peu insuffisant en province, nous ne pouvons pas nous en sortir, » a soutenu le ministre provincial des infrastructures. Ndigaya Ngezi dit avoir transmis le rapport au numéro un de l’exécutif qui est absent en province, pour une mission de service à Kinshasa.

« Nous lui avons posé le problème, il nous a dit de patienter son retour pour voir si au niveau provincial on pourra faire quelque chose. Ce qui est plus sûre est que nous avons déjà fait notre état de besoin que nous avons déjà envoyé à Kinshasa; à l’Office des routes ainsi qu’au FONER. J’avais même appelé le Gouverneur et je lui ai demandé de profiter de son séjour à Kinshasa; pour voir les autorités compétentes à cet état des choses en tout cas, le gouvernement provincial est entrain de gérer le dossier, » a-t-il rassuré.

Lire aussi Bukavu: une tête d’érosion menace de couper la route Place-Industrielle

Cependant, d’aucuns se posent la question de savoir si la province du Sud-Kivu réellement en manque de moyens pour stabiliser cette portion de terre sur une rivière au milieu de la ville. Difficile d’y répondre, mais concernant l’affirmation du gouvernement provincial; selon laquelle l’endroit endommagé reviendrait dans les attributions du Gouvernement central, plusieurs personnes pensent que le Gouvernement provincial devrait se limiter à stabiliser la partie touchée de la rivière Kawa; qui du reste est dans ses prérogatives, et laisser la RN2, car la partie fortement endommagée n’est pas sur cette dernière mais plutôt sur la rivière Kawa.

Il faut dire que cette rivière est connue pour ses multiples dégâts chaque fois qu’il pleut sur la ville de Bukavu. Sur son passage, une fois remplie,  la rivière Kawa emporte des personnes, véhicules et plusieurs biens. Les autorités politico-administratives ont toujours promis d’amorcer les travaux de stabilisation de cette dernière, mais rien n’est fait.

Si pour les dégâts passés la sensibilité des autorités n’a pas été touchée, plusieurs spécialistes en pont et chaussées pensent que cette fois le danger est imminent. Car soutiennent-ils, le célèbre monument de la place de l’indépendance risque de disparaître.

 » Que les autorités se déploient déjà pour réparer cette fissure; pour éviter des conséquences néfastes. Si non même tout le monument risque de prendre la route du lac Kivu, » alerte un spécialiste rencontré sur le lieu.

Lire aussi Bukavu: au moins une personne emportée par les eaux et des maisons inondées après une forte pluie cet après-midi

Cette tête d’érosion vient soulever le débat sur la priorisation des besoins par les autorités politico-administratives de la province.  Des situations pareilles, estiment des observateurs, devraient attirer le plus vite possible l’attention des autorités; «car une seule pluie diluvienne suffit pour que le reste de cette partie de la route appartienne au passé.» «L’urgence s’impose et les autorités devraient donc sauver ce qui peut encore l’être avant le pire,» ajoute cet observateur.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.