Bukavu : un présumé voleur brûlé vif à Cimpunda

cimpunda - voleur - igoki - uvira - assassin - un voleur - voleur - goma - présumé - voleur - comptoir - Katale - Kisigari
Un cas de justice au Madagascar. Ph. Tiers

Un jeune, présumé voleur a été tué et brûlé vif par des habitants en colère dans la nuit de ce Vendredi 12 au samedi 13 Novembre 2021 au Quartier Cimpunda, Commune de Kadutu en Ville de Bukavu.

Des informations parvenues à LaPrunelleRDC.info rapportent que ce cas de justice populaire a eu lieu à l’endroit appelé « ONL » après avoir été pris mains dans le sac sur avenue Mahenge.

Lire aussi: Fizi/Justice populaire : encore une femme brûlée vive à Misisi

« C’était aux environs de 1 heure que ce jeune d’une vingtaine d’années, présumé voleur a été attrapé sur avenue Mahenge à Cimpunda. Il a été amené par des habitants jusqu’à ONL où il a été brûlé vif », explique un habitant sur place.

Un autre habitant explique que la victime, Bertile revenait de la Prison pour vols à répétition. Il serait bénéficiaire de la mesure collective de grâce présidentielle.

Il était fréquemment accusé de vol des panneaux solaires principalement dans le Quartier Cimpunda.

Lire aussi: Uvira: un homme accusé de sorcellerie brûlé vif par des jeunes à Kabunambo

La Justice populaire bat son plein dans la Province du Sud-Kivu depuis plusieurs années. Les habitants choisissent de se rendre justice et accusent les services de sécurité et la Justice de ne pas faire correctement leur travail. 

Le traditionnel « Bulletin Surprise » de la Synergie des Associations des Jeunes pour l’Education Civique, Electorale et la Promotion des Droits de l’Homme au Sud-Kivu (SAJECEK-Forces vives) a identifié au cours du mois d’octobre dernier une montée des cas de meurtre par justice populaire avec au moins 19 cas.

Le territoire de Walungu vient en tête avec 9 cas suivi de celui de Shabunda avec 5 cas. En troisième position, on retrouve Uvira avec 4 cas et un cas pour Fizi.

Les défenseurs des droits de l’homme continuent à décourager cette pratique qui déshumanise l’humain et banalise la vie. Ils demandent aux habitants de continuer à faire confiance en la justice en lui laissant faire son travail.

Sardou Michel Banywesize, Stagiaire Université Officielle de Bukavu

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.