Bukavu : nouvelle manifestation à l’ISP

Une grogne s’empare de l’Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu (ISP) depuis la matinée de ce vendredi 15 février 2019.

Il s’agit cette fois des étudiants qui disent réclamer le paiement des frais académiques au taux de 920 francs congolais le dollar américain.

« Nous revendiquons l’application stricte du taux de 920 francs congolais pour un dollar. Cela doit être appliqué pour toutes les tranches et à tous les étudiants » dit un étudiant sur place qui reprend la revendication sur son calicot.

Pour l’instant, les activités sont paralysées. Les étudiants ont bloqué, comme dans leur habitude la porte principale d’entrée dans leur institution.

Pour rappel, c’est la 3ième manifestation en moins d’un mois pour les étudiants de l’ISP Bukavu. Les activités sont restées paralysées le lundi 28 janvier 2019.

Plusieurs étudiants avaient érigé des barricades et brulé des pneus pour protester essentiellement contre l’exclusion d’un de leurs par le Comité de gestion de cette institution.

Dans leurs revendications, ces étudiants dénonçaient également le recouvrement des frais académiques dans des auditoires « comme à l’école secondaire », etc.

La récente manifestation c’est ce lundi 11 février 2019. Les étudiants sont descendus dans la rue pour protester contre l’idée de déguerpissement de leurs enseignants du bâtiment situé sur avenue sur avenue Mbaki, derrière la Cathédrale Catholique de Bukavu. Ils reconnaissent leur institution propriétaire dudit immeuble alors qu’un particulier dit en détenir également les preuves de propriété datant de l’époque coloniale.Cette manifestation avait sérieusement perturbé la circulation sur la principale artère de la ville de Bukavu: l’avenue Patrice Emery Lumumba.

Plusieurs citoyens de la ville de Bukavu craignent que les étudiants ne soient pas victimes de la manipulation dans certains dossiers dans cette institution qui a connu une année académique très perturbée l’année dernière.

Jean-Luc M.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.