Bukavu: l’hôpital de Panzi lance un Programme de diplôme interuniversitaire en Chirurgie vaginale

Panzi
Denis Mukwege a pris part au lancement du programme de diplôme interuniversitaire. Ph. Laprunellerdc.info

L’hôpital de Panzi et la faculté de Médecine de l’Université Évangélique en Afrique (UEA) ont lancé ce jeudi 9 décembre 2021 à Bukavu, le Programme de diplôme interuniversitaire en Chirurgie vaginale.

Le lancement de cette formation qui consiste à former le personnel médical, les médecins généralistes, et les médecins en spécialisation et gynécologues sur la chirurgie vaginale, est intervenu dans les enceintes de l’hôpital général de référence de Panzi, en présence du Médecin directeur de cet hôpital, le Dr Denis Mukwege, ainsi que des enseignants et chercheurs de certaines universités d’Europe et de l’UEA.

Devant les personnalités venus pour la circonstance, le Professeur Mbo Mukonkole Jean-Paulin, Doyen de la faculté de médecine de l’UEA, a indiqué que ce programme de diplôme interuniversitaire en Chirurgie vaginale, est organisé en collaboration avec l’Université d’Angers (France) et l’académie Française de chirurgie.

Il a souligné qu’à travers donc ce programme, plusieurs professeurs et docteurs de la RDC et de la France interviendront pour former les apprenants sur la chirurgie vaginale.

Le doyen de la faculté de médecine à l’UEA a motivé la tenue de cette formation par le souci de vouloir offrir à la ville de Bukavu, des médecins spécialisés dans la prise en charge des complications vaginales, qui sont pour la plupart de fois issues des violences sexuelles, dont sont victimes de l’Est de la RDC.

«C’est un programme qui existe, qu’on effectuait depuis quelques années, mais qui a pris une autre dimension cette fois ci. Cette année on a l’engagement de la faculté et l’engagement de l’université dans cette formation. C’est ça qui donne un cachet spécial à cette formation. Il y a eu beaucoup de violences dans cette province et nous avons des femmes qui ont été violées qui affichent des complications dans leur sphère génital. Les conséquences de ces complications est qu’aujourd’hui il y a des femmes abandonnées ou chassées de leurs foyers. Ici on veut que les jeunes gens qui vont apprendre à travers cette formation parviennent à prendre en charge ces femmes-là afin de faire face à ces complications-là. Les candidats sont des médecins qui en ont fait la demande. Tous ceux qui en ont fait la demande pour cette fois ci, ont été tous admis. La formation en elle-même prendra trois mois. Il y a une partie théorique et bien sûr la partie pratique. Ils vont donc voir comment on soigne et comment on répare les complications causées par les violences,» a soutenu le professeur Mbo Jean-Paulin.

Lire aussi Hôpital de Panzi : Appel à candidature pour un programme de diplôme interuniversitaire en chirurgie vaginale

Prenant la parole, le Prix Nobel de la Paix 2018, le docteur Denis Mukwege parle d’une formation qui vaut son pesant d’or. Pour ce gynécologue congolais, la chirurgie vaginale dont il est question ici, n’est pas un service médical de luxe pour la RDC, mais un besoin urgent pour que le pays en général et la province en particulier, s’offre des médecins qui interviendront dans la prise en charge des femmes rurales, victimes des violences et d’autres incidents qui endommagent leurs appareils génitaux.

«Ici c’est un besoin, ce n’est pas un luxe. La chirurgie vaginale en RDC et en Afrique ce n’est pas un luxe. Ce n’est pas la chirurgie des femmes qu’on trouve dans les milieux urbains. C’est la chirurgie des femmes qui viennent des zones rurales. Des femmes qui ont appris à transporter des fardeaux au-delà de leur poids et qu’elles portent dans des postions qui permettent tout simplement à ce que leurs périmées commencent à se dérouler très tôt à tel point que nous avons ici des filles qui n’ont jamais eu des relations sexuelles et qui ont des complications. Très souvent ce sont des femmes qui n’ont pas des moyens  et que donc du coup c’est une chirurgie qu’on ne trouve pas dans des hôpitaux luxueux.  Dans beaucoup des universités du pays il y a bon des gynécologues mais souvent qui n’ont pas de temps de s’occuper des femmes qui vous disent, je ne peux pas payer. Les jeunes qui sont ici beaucoup ont fait leur stage de gynéco-obstétrique mais n’ont jamais vu faire une stéréotomie vaginale. Je dis que cette chirurgie n’est pas de luxe mais qui vise à répondre à un besoin,» a  souligné le Dr Denis Mukwege.

Notons que cette formation qui a été lancée ce jour, ira jusqu’au 16 décembre 2021 pour la partie théorique, alors que la partie pratique aura lieu du 17 décembre 2021 au 6 février 2022.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.