Bukavu: les services aux frontières appelés à renforcer le contrôle pour maximiser les recettes

Comité
Des membres du CLFCT en réunion au PFCGL ce mercredi 08 juillet 2020. Ph. Laprunellerdc info

Les différents services œuvrant à la frontière Ruzizi 1 à Bukavu, sont appelés à renforcer le contrôle en évitant la fraude, afin de maximiser les recettes pour le développement de la province du Sud-Kivu.

Une recommandation faite lors de la réunion mensuelle du Comité Local de Facilitation du Commerce Transfrontalier (CLFCT), tenue ce mercredi 8 juillet 2020 au bureau du Projet de Facilitation du Commerce dans la région des Grands Lacs (PFCGL) à Bukavu.

Selon le constat fait par divers participants, il s’observe actuellement des réseaux de fraudeurs à la frontière, et qui font traverser des marchandises sans passer par les services habilités.

D’autre part, il a été constaté la non-application de la loi en toute son intégralité, par les services chargés de percevoir de taxes. Ces derniers sont accusés de laisser parfois passer des marchandises sans payer «officiellement» des taxes, au détriment de l’intérêt national.

«Nous allons tous lutter contre les services qui travaillent dans l’informel. Puisqu’on nous a appris même qu’il y a des petits shégués qui s’organisent dans un réseau pour tracasser les petits commerçants. Mais aussi aux services qui travaillent à la frontière, de travailler dans la coordination. Si ils luttent tous contre toutes les formes de corruption, je pense que la province doit aller de l’avant.» dit Octave Zahinda, Directeur de cabinet du Ministre du Commerce, qui a présidé cette réunion.

Lire aussi Sud-Kivu: le comité de suivi et évaluation du PFCGL, satisfait des avancées dans la mise en œuvre au 2ème trimestre 2020 

Des membres du CLFCT en réunion au PFCGL ce mercredi 08 juillet 2020. Ph. Laprunellerdc info

Au cours de cette réunion qui consiste à échanger sur les avancées et les défis que rencontrent les services à la frontière; et les petits commerçants transfrontaliers, il a également été constaté un manque à gagner des petits commerçants congolais; suite à l’incinération des produits avariés venus du Rwanda.

Selon le chef de la Division provinciale du Commerce extérieur, les commerçants devraient attendre de se rassurer que leurs marchandises sont «en bon état» avant de payer la totalité de la somme, pour éviter de perdre leur argent.

«Nous avons parlé des manques à gagner des petits commerçants qui traversent au Rwanda. Parce qu’il y a eu dernièrement des camions de viande qui ont été incinérés. Parce qu’elle n’était pas de bonne qualité. Alors que de l’autre côté les amis avaient déjà perçu l’argent. Nous nous sommes dit que c’est inconcevable qu’on soit entrain de nous envoyer des produits avariés; et puis à la fin ce sont des petits commerçants qui passé la commande qui perdent leurs fonds.» affirme Corneille Wasikwa Mukamba.

Signalons que ce Comité Local est composé du Représentant du Ministère provincial en charge du Commerce; les chefs de poste des services œuvrant à la frontière (DGDA, DGM, OCC, PNHF/SQAV); le représentant de la Mairie, le représentant des petits commerçants transfrontaliers; le représentant des transporteurs frontaliers, le Bureau d’Information Commerciale, la Société Civile; ainsi que la Fédération des Entreprises du Congo (FEC).

Le PFCGL prévoit de moderniser le transport des produits de première nécessité à la frontière; en équipant les petits commerçants en moyen de transport modernes, notamment des motos tricycle. Ceci, pour les aider à travailler correctement, mais aussi renforcer le système de contrôle des marchandises.

Museza Cikuru

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.