Bukavu : le Corps académique de l’UOB retire sa confiance au Recteur Muhigwa

géolocalisation - Bukavu-reprise-des-cours-étudiants- universités- vid-19
Université Officielle de Bukavu

Le Corps académique de l’Université Officielle de Bukavu (UOB), dit retirer sa confiance au Recteur de cette université publique, le Professeur Muhigwa Jean Berckmans.

Cette décision a été prise à l’issue de la réunion extraordinaire tenue par le Corps académique le mardi 14 septembre dernier, au site de l’UOB de Karhale.

Au total, 22 professeurs de différentes facultés disent désapprouver le comportement « irresponsable » du Recteur de leur université.

«Le Corps Académique de I’UOB désapprouve le comportement irresponsable du Professeur Muhigwa, Recteur de I’UOB, et lui retire sa confiance en tant que Recteur. Le Corps Académique fustige également le silence coupable et complice des autres Membres du Comité de Gestion, vis-à-vis du comportement indigne et répété du Recteur, Professeur Muhigwa. Le Corps Académique exige que soient organisées, dès l’année académique prochaine, les élections des animateurs des bureaux facultaires et départementaux à I’UOB conformément aux textes qui organisent l’Enseignement Supérieur et Universitaire en RDC. Que le Secrétaire Général Administratif veuille à l’organisation de son secteur en général, et à la tenue systématique et rigoureuse des fichiers des listes déclaratives du personnel de l’Université. C’est-à-dire que les services du Secrétariat Général Administratif mettent de l’ordre dans les dossiers administratifs des agents de l’Université,» recommande le Corps académique de l’UOB.

Lire aussi UOB: le Corps scientifique arrête ses activités suite à la suspension de 4 Chefs de travaux

Lors de cette réunion les participants disent avoir déploré les affronts que le Professeur Muhigwa « ne cesse de proférer » à l’endroit de certains membres du Corps Académique, dans le forum virtuel d’échanges.

«Il est donc à dénoncer décisivement les mépris, les insultes, les imputations dommageables (les calomnies que certains Professeurs tentent de l’empoisonner, de le fusiller, d’attenter à sa vie et à son intégrité physique ; toutes ces allégations sans aucune moindre preuve). La récurrence et la gravité de cette conduite désobligeante d’un Recteur pousse enfin le Corps Académique de préciser sa position sur un certain nombre des dossiers de gouvernance académique chaotique dont le Comité de Gestion est comptable,» lit-on dans le procès-verbal de cette réunion.

Pour rappel, ce n’est pas le premier Corps de l’UOB à demander la démission de leur Recteur, le Professeur Muhigwa. En mars dernier, la délégation syndicale avait demandé que le Recteur et son Comité de gestion démissionnent, et que des audits financier, académique et administratif de la gestion de l’UOB soient exécutés.

Lire aussi Bukavu : précarité du personnel de l’UOB, un mémorandum adressé à Thomas Luhaka

Un peu plus tôt, c’est le Personnel permanent de l’UOB, qui a également, dans un mémorandum adressé au Ministre de l’ESU en novembre 2020, demandé un audit externe, et la suspension du Comité de gestion dirigé par le Professeur Muhigwa, accusé d’avoir engagé une pléthore d’agents, et d’autres fictifs, mais aussi d’une gestion « chaotique » des finances de cette université. Ce même mois, le Corps scientifique a également manifesté durant plusieurs jours, pour fustiger la décision « irrégulière » du Recteur, suspendant 4 membres du corps scientifique.

Même si le Recteur de l’UOB a toujours rejeté ces accusations, plus d’un observateur pense que celui-ci serait soutenu par des autorités mieux placées au niveau national. Ce qui lui a permis d’échapper à toute sanction, car toutes les revendications du Corps académique, scientifique, administratif, et de la délégation syndicale, sont toutes, ou presque, restées lettre morte.

Jean-Luc M.

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.