Bukavu-Justice populaire : un présumé voleur tué à Cikera (Bagira)

Cikonyi -Bagira - Justice populaire - Bukavu -Corps sans vie
Vue sur Cikonyi dans la commune de Bagira à Bukavu.

Encore un cas de Justice populaire à Bukavu, Chef-lieu de la Province du Sud-Kivu.

Selon la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI) Bagira, c’est un présumé voleur, d’une vingtaine d’années qui a été attrapé à Cikera vers 1 heure dans la nuit de ce mardi 14 au mercredi 15 Juillet 2020. Il a ensuite été lynché par des habitants en colère.

Son corps se trouve toujours dans la rivière Mugaba, non loin du pont portant le même nom dans le Quartier Cikera.

«La Nouvelle Dynamique de la Société civile noyau communal de Bagira dénonce ce énième cas de recours à la justice populaire à Bagira et dans la ville de Bukavu et plaide pour l’installation d’un commissariat de la police à Cikera » dit Wilfried Habamungu, son Vice-Président.

La Justice populaire: une recette quotidienne au Sud-Kivu

Il faut dire que la Justice populaire est devenue le lot quotidien des habitants du Sud-Kivu confrontés à des cas d’insécurité.

Depuis le début du mois de Juillet, plusieurs cas ont été rapportés dans les territoires du Sud-Kivu.

Dans la nuit du 4 au 5 Juillet dernier, deux personnes ont été brûlées vives à Akyanga sur un site d’exploitation minière dans la cité de Misisi, groupement de Basikasilu dans la Collectivité secteur de Ngandja en territoire de Fizi (Sud-Kivu).

Selon des organisations de la Société Civile, ces personnes tuées étaient accusées d’être des voleurs à mains à armées. Même version de la part de quelques agents de l’Etat dans la cité minière de Misisi.

Le mardi 7 juillet dernier, une femme a été tuée et brûlée à Nyabirehe sous village du village de Kabulu 2 en groupement de Mbinga-Nord dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu.

La femme âgée de seulement 49 ans et mère de 9 enfants, a été lapidée et brûlée aux environs de 10 heures alors qu’elle était soupçonnée d’avoir empoisonné un jeune garçon de 16 ans qui a rendu l’âme dans une structure médicale de la Place.

Si les acteurs de la Société Civile dénoncent le recours à la Justice populaire dans la ville de Bukavu et les autres entités, les services étatiques semblent se contenter d’observer.

Jean-Luc M.

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.