Bukavu : des personnes vivant avec handicap appelées à éviter l’auto-stigmatisation

Congo Handicap
Une photo de famille de Congo Handicap et la ministre provinciale de la Jeunesse, sport et loisir. Ph. Laprunellerdc.info

En marge de la Journée Internationale des Personnes vivant avec Handicap, célébrée le 3 décembre de chaque année, Congo Handicap, une organisation qui milite pour les droits de la personne vivant avec handicap ; a organisé ce jeudi 10 décembre une conférence commémorative pour faire passer le message de cette catégorie de personnes marginalisées.

Cette activité a réuni plusieurs groupes qui forment cette mutualité des personnes sous le thème « Construire en mieux : vers un monde post COVID-19 inclusif, accessible et durable ».

Selon Théophile Shukuru, président du noyau des organisations des personnes vivant avec handicap, l’objectif de la conférence était d’éveiller la conscience de tous, cela, dans le but d’améliorer les conditions socio-économiques, et la participation politique de la personne handicapée.

Cette conférence a insisté sur l’inclusion de cette catégorie, qui est rendue difficile par plusieurs approches. Notamment, l’approche caritative, l’approche médicale, l’approche sociale (avec sers barrières) et l’approche fondée sur les droits de l’homme, etc.

En dépit des lois déjà votées pour protéger la personne vivant avec handicap, ces derniers demandent aux autorités de prendre en compte leur doléances, qui souvent leur arrivent mais sans suite.

Dans l’approche sociale, avec sa barrière institutionnelle par exemple, Congo Handicap montre comment le gouvernement devrait mettre en place des lois portant protection de la personne handicapée. Car selon lui, des personnes vivant avec handicap sont victimes d’une stigmatisation.

« Des personnes handicapées sont de sujets de moqueries, de la stigmatisation aux préjugés. Et cela freine leur épanouissement et surtout leur autonomisation dans la communauté » a dénoncé Théophile Shukuru Kyalondawa.

Il est prouvé que plusieurs problèmes contribuent au cas d’handicape un monde. Notamment, les maladies chroniques, des maladies cardio-vasculaires, et même la vieillesse.  

Des problèmes évoqués

Les personnes vivant avec handicap dans la salle de l’INPP. Ph. Laprunellerdc.info

D’autres problèmes évoqués, sont ceux liés à l’éducation inclusives. Des plaidoyers pour les enfants handicapés qui n’ont pas les mêmes chances d’accéder à l’éducation comme les enfants en bonne santé. 

Selon Congo Handicap, il existe trois barrières qui empêchent la personne vivant avec handicap d’accéder aux soins. Il s’agit de la stigmatisation des personnes normales, de la discrimination et son auto stigmatisation. Cette organisation demande à adresser ses recommandations aux autorités gouvernementales.

 « Je demanderais aux autorités, comme ils viennent de prendre leur engagement, d’associer les personnes handicapées dans les projets d’intérêts publics. Et également de les faire participer depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre de ce projet » demande Congo Handicap.

Des études menées par l’UNESCO, renseignent que 15% des enfants dans le monde sont handicapés, et ont des difficultés d’accéder à l’éducation. Alors qu’au niveau de la RD Congo, cette institution avait annoncé que près de 10 % de la population en est victime. 

Cette couche de la population a au cours de la cérémonie, pris l’engagement de combattre la Pandémie de la Covid-19, en collaborant avec le ministère de la santé. Il sera aussi question de créer un réseau des ambassadeurs qui auront pour rôle d’aller plaider pour les causes de la personne handicapée devant les autorités. Cela afin de trouver solution aux différents problèmes dont est victime cette personne.

Pour rappel, cette activité a connu le financement de la Coopération Suisse. Elle s’est déroulée dans les installations d’Institut National PP, et a connu la participation des plusieurs invités de marques parmi lesquelles Madame Geneviève Mizumbi, la ministre de la jeunesse, sport et loisir ; ainsi que d’autres délégués des ministres provinciaux.

Eric Shukrani

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.