Bukavu : des agents de la Division provinciale de la Santé refusent la réhabilitation de leur chef de division Pépin Shamavu

Des agents de la Division Provinciale de la Santé manifestent depuis la matinée de ce mardi 28 mai 2019 contre la réhabilitation du docteur Pépin Shamanvu comme chef de Division provinciale de la santé.

Une réhabilitation décidée par le secrétaire général à la santé qui, dans une correspondance tranche en faveur de l’incriminé. Ici, on explique que la mesure de suspension et d’ouverture d’une action disciplinaire contre cet agent par le ministre provincial n’est pas ne sont pas conformes aux dispositions règlementaires parce que non prises par l’autorité compétente qui est le Gouverneur de province.

«Ainsi, afin d’éviter dans l’avenir tout conflit de compétence en ce qui concerne la procédure disciplinaire d’une part et en vue de préserver le climat de confiance et de crédibilité de notre système de santé vis-à-vis de nos partenaires techniques et financiers d’autre part, je vous saurai gré de bien vouloir annuler la suspension et l’action disciplinaire ouverte à charge de l’intéressé et de procéder à son replacement dans ses fonctions de chef de division provinciale de la santé du Sud-Kivu » dit le secrétaire général

Mais pour ces agents en colère ce matin, le docteur Pépin Shamavu ne peut plus revenir dans leur division et la lettre du Secrétaire général est «nulle et sans effet».

«Nous agents de la Division Provinciale de la Santé au Sud-Kivu, refusons la réhabilitation de monsieur Pépin Nabugobe Shamavu, sa femme Solange Namulisa ainsi que toute son équipe» écrivent-ils sur leur calicot.

un feu allumé sur la chaussée devant la DPS Sud-Kivu

«Il y a beaucoup des dégâts qui ont été commis par le docteur Pépin. Tous ces griefs ont conduit à sa suspension. Nous ne pouvons pas accepter que le secrétaire général prenne une décision on ne sait motivée par quoi alors qu’il n’a même pas entendu les deux parties. Nous refusons cette décision qui est suspecte et qui ne nous engage pas »dit un autre agent.

Des soutiens de l’incriminé ne comprennent pas « l’agitation » de leurs collègues. Certains s’étonnent de la démarche des autres agents de bruler des pneus sur la chaussée alors qu’il s’agit d’une procédure administrative qui a débuté et qui a été tranchée par « l’autorité habilitée ».

En attendant, c’est la colère et ces agents de la division provinciale de la santé promettent de poursuivre avec les actions jusqu’au remplacement total de Shamavu.

Jean-Luc M.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.