Bolivie : le président Evo Morales démissionne après des fortes protestations contre sa réélection

Le Président Bolivien Evo Morales a annoncé ce dimanche 10 novembre 2019 sa démission après trois semaines de fortes protestations contre sa réélection à un quatrième mandat, et alors que l’armée et la police venaient de lui demander de quitter ses fonctions.

La situation était tendue ce dimanche à La Paz capitale Bolivienne, alors que le pouvoir est vacant.

Lâché par l’armée, Evo Morales a finalement cédé. « Je renonce à mon poste de président », a déclaré ce dimanche à la télévision, ce leader indigène de 60 ans, au pouvoir depuis 2006.

« Le coup d’État a eu lieu », a ajouté à ses côtés le vice-président Alvaro Garcia Linera, qui a lui aussi démissionné.

« Nous avons lancé une leçon au monde, demain la Bolivie sera un nouveau pays », a réagi l’ancien chef de l’État Carlos Mesa, chef de l’opposition et candidat malheureux à la présidentielle du 20 octobre, tandis que des milliers de Boliviens fêtaient dans la rue la démission.

Ce départ avait été réclamé moins d’une heure plus tôt par le commandant en chef de l’armée. « Après avoir analysé la situation conflictuelle interne, nous demandons au président de renoncer à son mandat présidentiel afin de permettre la pacification et le maintien de la stabilité, pour le bien de notre Bolivie », avait déclaré le Général Williams Kaliman à la presse.

« Nous nous joignons à l’appel du peuple bolivien de suggérer à Monsieur le président Evo Morales de présenter sa démission pour pacifier le peuple de Bolivie », avait également annoncé le commandant général de la police, Vladimir Yuri Calderon.

Le mandat du  président Evo Morales va donc du 22 janvier 2006 au 10 novembre 2019.

Avec rfi.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.