Beni : la CRDH porte Plainte contre le colonel Jean Pierre WUMBI, pour avoir ordonné la répression violente d’une manifestation à Oicha

BCNUDH-droits de l'homme. espace démocratique. violations police Kisigari-Rutshuru-droits humains
Des policiers étouffant une manifestation de la LUCHA à Rutshuru. Ph. Tiers

Une plainte vient d’être initiée contre le commissaire supérieur de la police en territoire de BENI, par l’ONG convention pour le Respect des Droits Humains ( CRDH). Cette organisation reproche au colonel Jean-Pierre Wumbi d’avoir ordonné à ces hommes de tirer sur les civils en pleine manifestation pacifique.

Patrick Mukohe, secrétaire permanent de cette organisation, appelle la justice militaire à se saisir de cet officier.

«En effet, l’an deux mille vingt, le treizième jour du mois de septembre, vers dix-neuve heures trente, dans la Province du Nord-Kivu, Territoire de BENI, Commune d’OICHA, Quartier MASOSI à KAFEZA, KAVIRA KALUMBI d’environ 40 ans et KAHUNDIRA MELEKI d’environ 50 ans ont étés assassinés et 6 personnes grièvement blessées par des éléments PNC et FARDC en patrouille dans ce coin», déclare-t-il, à Laprunellerdc.info, avant d’ajouter :

«Comme pour enfoncer le clou, le matin du lundi 14 septembre 2020, la jeep de la PNC à tamponnée KAMBALE KALEMBA Grace au quartier MASOSI jusqu’à lui causer des blessures graves, ils ont arrêtés 29 personnes dont une femme et quelques mineurs torturant les uns et causant des laissions corporelles aux autres ; piller plusieurs kiosques, démolissant d’autres, ils ont emportés plusieurs biens de valeurs dont : des téléphonés, ordinateurs, radios, argents, motos, pour ne citer que cela car une liste non exhaustive vous sera présentée dans un bref délais. Ils ont crépites plusieurs balles ayant créés une psychose dans le chef de la population et paralyser les activités en commune d’OICHA» Ajoute la source.

La CRDH, dit attendre que les auteurs de ces actes soient interpelés et pour subir une correction exemplaire proportionnelle au dossier d’assassinat, torture, vol à mains armées, extorsion, coups et blessures volontaires, dissipation des munitions, violations des consignes et tous les agissements en charge de ces éléments de l’ordre qui sont d’ailleurs punis et condamnés par les lois congolaises et surtout qu’ils ont causés des préjudices très énormes et dommageables à la population, conclut la source.

Roger Kakulirahi, depuis Beni

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.