Beni : début de la campagne de vaccination contre Ebola, après la découverte d’un nouveau cas confirmé

Ebola
Vaccination contre Ebola au Nord-Kivu

La campagne de vaccination contre la maladie à virus Ebola a été lancée ce mercredi 13 octobre 2021 à Beni, dans la province du Nord-Kivu. Une vaccination qui intervient après l’annonce d’un cas confirmé le 8 octobre dernier à Beni.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), environ 1.000 doses du vaccin anti-Ebola rVSV-ZEBOV et d’autres fournitures médicales ont été livrées de la capitale Kinshasa à la ville de Goma, dans le Nord-Kivu, et près de 200 doses ont été envoyées jusqu’à Beni, près de l’aire de santé de Butsili où le cas confirmé a été détecté.

Dans un communiqué publié ce mercredi 13 octobre 2021, l’OMS indique que les personnes à risque, parmi lesquelles les contacts du cas confirmé et les premiers intervenants, seront vaccinées dans le cadre d’une action entreprise par les autorités sanitaires, pour endiguer la propagation du virus.

Elle ajoute que pendant la vaccination, les vaccinateurs feront recours à la vaccination en ceinture, qui consiste à vacciner les contacts et les contacts des contacts.

« La République démocratique du Congo dispose de plus de 12.000 doses de vaccin à Kinshasa, qui peuvent être déployées si nécessaire » soutient l’OMS.

Lire aussi Ebola à Beni : déjà 100 contacts listés et suivis par des équipes de la riposte (Ministre)

« Ebola est un virus virulent et mortel qui peut se propager rapidement et agressivement. Mais les vaccins peuvent créer un pare-feu de protection autour des cas, en rompant la chaîne de transmission, en évitant une potentielle épidémie à grande échelle et en sauvant de nombreuses vies. La République démocratique du Congo dirige les efforts visant à arrêter cette dernière résurgence d’Ebola, en s’appuyant sur l’expertise acquise dans la riposte à de précédentes épidémies », a déclaré la Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Des sources sanitaires dans la région de Beni renseignent que le cas confirmé est un garçon de deux ans, décédé le 6 octobre dans un centre de santé local. Il vivait au sein de la même communauté où trois membres d’une famille sont décédés en septembre après avoir ressenti des symptômes analogues à ceux d’Ebola.  

Selon l’OMS, en plus d’organiser les activités de vaccination, les équipes de riposte d’urgence travaillent sans relâche pour suivre les contacts, décontaminer les lieux infectés et renforcer la surveillance et le dépistage.

Elle renseigne que plus de 170 contacts ont déjà été identifiés et les équipes contrôlent leur état de santé. Pour soutenir les efforts de la riposte des autorités nationales, l’OMS dit avoir mis à disposition 200.000 dollars de son Fonds de réserve, pour les situations d’urgence.

«L’OMS est aussi en train d’entreprendre l’acheminement de cinq tonnes de matériel de riposte, dont des médicaments, des équipements de protection individuelle et du matériel de laboratoire,» renseigne l’organisation.

Bertin Bulonza

Etiquettes:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.