20ème anniversaire du massacre de Katogota: la CCJT encourage la lutte et la recherche de la justice pour les victimes

mubere - rulimbi - Kigwena-kabunambo - arme - Ruzizi luberizi-Corps sans vie - Mutarule-groupe armé-Lubarika-Sange-vaches-plaine-Luvungi-lynché-FARDC-ndolera
Dans la plaine de la Ruzizi en territoire d'Uvira. Ph. Laprunellerdc.info

14 mai 2000-14 mai 2020, il fait exactement 20 ans ce jeudi, depuis le massacre dénommé de Katogota, lors que des éléments du RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie), ont tués plusieurs centaines de civils, dans le village de Katogota, en territoire d’Uvira au Sud-Kivu.

Selon la «Coalition Congolaise pour la Justice Transitionnelle» (CCJT), cette période de pandémie ne doit pas empêcher les initiatives de la lutte contre l’impunité, des crimes de masse et autres commis au présent et dans le passé en RDC.

Dans une déclaration signée par son Coordonnateur national, Raphael Wakenge, cette structure citoyenne dit compatir avec les survivants de ce massacre, qui attendent réparation depuis 20 ans. La CCJT, dit encourager ces derniers dans la lutte pour la recherche de la justice.

«La CCJT commémore le 20ème anniversaire des massacres du 14 mai 2000, perpétrés par des éléments armés du RDC à Katogota, dans le groupement d’Itara en territoire d’Uvira. Elle compatit avec les survivants directs et indirects, qui attendent réparation depuis 20 ans, et les encourage dans la lutte sans relâche pour la recherche de la justice et la vérité.» dit cette déclaration parvenue à Laprunellerdc.info.

Lire aussi Sud-Kivu: pour Norbert Katintima, les rébellions ont tout détruit, il faut sauver ce qui peut encore l’être

Cette coalition invite les victimes de ce massacre, les juridictions à tous les niveaux, le Gouvernement, ainsi que les organisations de droit de l’homme, à mettre au centre de leurs préoccupations, les besoins et l’intérêt des victimes de Katogota.

«La CCJT ne cessera de plaider pour le commencement du procès des auteurs des massacres de Katogota, réclamé par les victimes.» dit-elle.

Rappelons que ce massacre a eu lieu le 14 mai 2000, après l’assassinat d’un officier militaire du RCD/Goma par des hommes armés non identifiés à 3 kilomètres de ce village, quand celui-ci revenait du village voisin de Lubarika. Ses collègues rebelles s’étaient vengés, en tirant des balles et usant des armes blanches. Plus de 350 personnes y ont perdu la vie, selon les décomptes des acteurs de la Société Civile et des officiels.

Museza Cikuru

Etiquettes:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.