Multiples voyages de Tshisekedi : le regard du professeur Augustin Mutabazi

Les voyages du président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo sont assimilés à un investissement, mais un investissement immatériel

Ces propos sont de Augustin Mutabazi, professeur d’Economie dans la faculté des Sciences Economiques et de Gestion à l’Université Catholique de Bukavu lors d’un entretien avec un reporter de Laprunellerdc.info ce mercredi 13 novembre de l’année en cours.

Augustin Mutabazi s’exprimait à propos de l’adresse du chef de l’Etat congolais Félix Tshesekedi devant la diaspora congolaise le dimanche dernier en France. Sur place le chef de l’Etat congolais, accusé de trop voyager par des nombreux citoyens, a rappelé que ses déplacements qui n’ont pas coûté 50 millions de dollars ont jusque-là rapporté au pays plus d’1 milliard 5 cents millions de dollars américains.

Pour le professeur Augustin Mutabazi, cela ne suffit pas mais il est bon dans le bon chemin. 

«Car cette somme d’1milliards et demi de dollars n’est pas encore tombée dans la caisse de l’Etat, mais se sont des perspectives ou des flux des recettes que le pays pourrait gagner dans les années à venir, vu ces bonnes annonces et le président a raison de voyager car la RD Congo vient de très loin et était déjà effacée sur la scène internationale et actuellement toutes les finances du pays sont au rouge. Sur ce, les moyens pour l’investissement ne doivent venir que de l’intérieur, du fait que les recettes internes de notre pays ne permettent pas d’envisager des investissements de grande ampleur, que ce soit des investissements privés ou publics » réagit Mutabazi.

C’est dans ce sens que les sorties à l’étranger ne sont pas inutiles, selon ce célèbre professeur.

Toutesfois, Mutabazi laisse attendre que dans tout investissement on n’attend pas des productions tout de suite. Il appelle les congolais à ne pas être surpris si les retombées des voyages du président sont opérationnelles dans une année, deux ans ou même dans cinq ans, « c’est comme un club de football, car ce n’est pas la même année qu’un club de football investi que ce dernier gagne la coupe, il faut d’abord investir dans les relations et attendre les retombées ».

En clair, pour Mutabazi, les voyages du chef de l’Etat congolais est une manière aussi de vendre l’image du pays car il y a beaucoup d’opérateurs économiques qui ne retiennent que la guerre en RDCongo, « et ici c’est une bonne nouvelle car l’amélioration de climat des affaires passe par une belle prestation du Président de la République, par une diplomatie ».

S’agissant de la peur de l’endettement du pays avec des engagements que pourrait éventuellement prendre l’actuel chef de l’Etat, Mutabazi tranche : À court terme, il est impossible de développer RDCongo sans emprunt et sans l’aide venant du monde extérieur.

«La dette n’est pas une mauvaise affaire, car pour être endetté il faut que tu sois crédible, monter des affaires qui portent haut, et donc la RDCongo a besoin de s’endetter, car aucun pays ne peut vivre sans dette et sans emprunt, et il faut se battre pour qu’on soit crédible de manière à obtenir des bons crédits au niveau international ; en scionnant partout pour montrer au monde extérieur qu’on est sérieux » conclut le professeur Mutabazi.

Disons que les multiples voyages du président Tshisekedi suscitent polémique au pays. Si pour certains, le Chef de l’Etat en fait un peu trop et devrait laisser ce travail au ministère des Affaires Etrangères ou à d’autres collaborateurs, d’autres estiment par contre que c’est une bonne chose pour le pays. A Paris, le Président Tshisekedi s’est défendu devant la Diaspora estimant qu’il le fait pour le pays. 

Joël Mugisho

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (1)
  • Gloire 1 mois

    Merci pour cette information.

  • Disqus ( )