Dialogue pour la Paix au Sud-Kivu: les Babembe ne veulent pas d’un médiateur ayant participé de près ou de loin à la création du territoire de Minembwe en 1999

Les réactions ne cessent de tomber après l’annonce d’une probable médiation confiée à Norbert Basengezi Katintima dans le cadre d’un prochain dialogue sur la paix et la sécurité dans les Hauts Plateaux de Fizi, Uvira et Itombwe (Mwenga).

La dernière en date est celle de la Communauté Babembe de Kinshasa.

Si celle-ci ne cite pas nommément l’ancien Vice-Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), elle fait allusion à l’ancienne rébellion du RCD dont il a été l’un des cadres et la création du territoire de Minembwe sous sa barbe.

«Tout dialogue qui sera placé sous la conduite d’une personnalité connue comme ayant initié ou autrement soutenu la création du territoire de Minembwe sous le RCD en 1999 ou de la Commune de Minembwe actuellement querellée, sera d’office considérée comme tendant à faciliter le maintien de cette entité par la malice et n’aura donc pas l’appui de Babembe. On ne peut être juge et partie» prévient la communauté.

Pour cette communauté, toute démarche politique et diplomatique ou autrement négociée est impuissante à ramener une paix durable dans les Hauts plateaux de Fizi-Itombwe «si les populations autochtones ne sont pas rassurées que les dispositions frustratoires du décret créant la commune de Minembwe sont rapportées, supprimées et la gestion de son espace replacée sous l’autorité des chefs coutumiers traditionnels ».

Alors que les premières négociations de Kinshasa sous Katintima il y a quelques jours ont permis de transmettre des documents comprenant des cahiers de charge des communautés au premier ministre et chef du gouvernement, les Babembe de Kinshasa s’insurgent du contenu sur Minembwe.

«C’est l’occasion d’exprimer toute la la méfiance des consécutive à la dilution ou la minimisation volontaire du problème de Minembwe dans les documents présentés dernièrement au gouvernement dans le cadre de la préparation d’un dialogue intercommunautaire à Uvira » lit-on dans le document.

La communauté Babembe n’est pas la première à s’opposer à la médiation de Katintima. D’autres acteurs socio-politiques ne sont pas d’accord avec l’idée. Elles proposent une personnalité neutre et qui n’ a jamais fait partie des rebellions. Les partisans de Katintima, eux continuent à soutenir leur leader.

Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )