EPST: les fiches blanches ne sont vendues qu’au Sud-Kivu. Le député Claude Misare dénonce

Le député national Claude Misare Mugomberwa s’insurge contre ce qu’il qualifie de vente illégale des fiches blanches aux élèves des 6 èmes années des humanités en province du Sud-Kivu.

Dans une lettre adressée au gouverneur de province et dont une copie est parvenue à Laprunellerdc.info, celui-ci indique qu’au moment où le Président de la République et le gouvernement sont en train de conjuguer les efforts pour la mise en place effective de la gratuité de l’enseignement de base, la hausse du salaire des enseignants et la lutte contre les tracasseries dans le domaine éducatif, certaines anti valeurs continuent à émerger au Sud-Kivu.

C’est notamment la perception des frais de ces fiches blanches dites SK1, méconnues selon lui par le ministère national de l’Enseignement Primaire, Secondaire et   Technique (EPST) et dont la portée se limite au seul niveau de l’Inspection Principale Provinciale et dans les différentes divisions de l’EPSP en Province.

Ce parlementaire affirme que pour l’année scolaire précédente, les préfets d’études avaient reçu des Inspecteurs, l’ordre de passer au recouvrement forcé d’un montant variant entre 9 900 et 16 000 francs congolais pour les trois fiches requises par finaliste pour les différents pool de l’inspection à travers toute la province, pourtant ces frais n’ont jamais existé dans d’autres provinces comme le Nord-Kivu, le Tanganyika, ou même Haut Katanga.

Claude Misare regrette que plusieurs entités du secteur éducatif seraient impliquées pour la pérennisation de cette pratique, alors que selon lui, ces fiches viennent contredire les fiches E01 qui sont pourtant reconnues et qui permettent de suivre le cursus de tout candidat finaliste des humanités.

Il n’existe nulle part un Arrêté du Ministère national de l’EPST ni une circulaire ayant institué la vente de ces fiches sur toute l’étendue de la République. Comment expliquer que dans un seul pays, seule la Province du Sud-Kivu continue à tracasser les parents par la perception des frais d’accès à des fiches non vendues dans d’autres Provinces?” s’interroge-t-il.

Il appelle le gouverneur de province à user de son pouvoir et interdire la vente de ces fiches, mettre en place une commission qui sera chargée de faire le suivi de l’application de cette démarche de suppression, et ainsi poursuivre en justice tout inspecteur et toute autorité de l’EPST qui serait impliqué dans la vente de ces “fiches illégales”.

Signalons que même dans l’arrêté de l’autorité provinciale, portant fixation des frais à payer dans chaque école selon les degrés et les sections, nulle part l’on mentionné les frais des fiches dites fiches blanches.

Museza Cikuru

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )