RDC: le peuple veut voir les corrompus et corrupteurs condamnés et être arrêtés (NDSCI à Félix Tshisekedi)

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI) a écrit une lettre ouverte au président de la République, Félix Tshisekedi le lundi 12 Août 2019. «Seule la justice élève une nation», tel est l’objet de cette lettre .

Tout en saluant à sa juste valeur le combat du président de la République contre les antivaleurs en général et la corruption en particulier, cette faîtière de la société civile ayant son siège au Sud-Kivu a décrié les innombrables maux qui gangrènent l’appareil judiciaires congolais

«C’est notamment, la corruption, le déni de justice, la concussion, le clientélisme, trafic d’influence qui caractérisent bon nombre de ceux et celles qui sont charger d’administrer la justice. Aujourd’hui la justice est rendue selon qu’on est riche, puissant ou pauvre et faible. La justice à double vitesse ! Aujourd’hui, la population dans sa grande partie n’a plus de confiance en notre justice ; la tendance étant de recourir à la justice populaire au vue de déceptions enregistrées dans l’administration de la justice.» décrit-elle

Pour la NDSCI, l’appareil judiciaire congolais connait un sérieux problème suite à certaines pratiques qui ternissent son image. Il faut donc un véritable purge au sein de  cet appareil judiciaire en commençant par les hauts magistrats pour que le combat du président de la République contre la corruption ne soit pas vain et qu’il n’ait pas seulement l’effet d’annonce. Elle plaide aussi pour l’amélioration des conditions de vie de ces magistrats pour ne pas les prédisposer à la corruption.

«ll est inconcevable de lutter contre la corruption tout en maintenant le « magistrat » dans des conditions qui ne lui permettent pas d’exercer sa mission en toute indépendance et équité. Au-delà de l’impunité et de la justice à double vitesse, il nous revient de porter à votre connaissance que le social du magistrat devrait aussi constituer une de vos priorités.»

La NDSCI a appelé Félix Tshisekedi à aller au-delà des annonces et dénonciations, car c’est à la société civile de dénoncer. Lui en tant que président de la République, magistrat suprême et garant du bon fonctionnement des institutions a toute la manœuvre pour sanctionner les corrompus et les corrupteurs.

Elle insiste  que le peuple, fatigué des simples annonces, voudrait bien voir le président à l’œuvre.

Ce peuple voudrait voir les premiers magistrats et autres personnalités politiques et publiques, corrompus et corrupteurs, être condamnés et croupir en prison, insiste la NDSCI. Le peuple voudrait voir la Cour Constitutionnelle, “montée de toutes pièces, à la taille et au service de votre prédécesseur être totalement refonte”. Sans cela, la NDSCI estime que sans cela, le mandat de l’actuel président risque d’être un quinquennat perdu et “le peuple ne vous le pardonnera jamais”.

Éric Shukrani

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )