RDC : tous les animateurs des institutions qui ont suivi Lukwebo « dans sa folie politique » doivent démissionner (Bitakwira)

Justin Bitakwira estime que tous les animateurs des institutions à tous les niveaux et qui se reconnaissent toujours à l’AFDC et Alliés dirigée par Lukwebo doivent tirer des conséquences en démissionnant.

Il qualifie la fronde de Bahati Lukwebo, de « folie politique ».

«En commençant par le Sud Kivu, ceux qui ont suivi monsieur Bahati dans sa folie politique, doivent s’assumer par écrit » dit Bitakwira en conférence de presse, ce samedi dans la ville de Bukavu.

Pour l’actuel ministre du développement rural en RDC, en se faisant exclure du Front Commun pour le Congo, l’AFDC et ses sociétaires doivent tirer les conséquences en démissionnant en bloc pour que le « FFC récupère ses postes », car dans cette plateforme, c’est la discipline.

«Et s’il ne le fait on le fera démissionner par force et cela ne doit pas se négocier. J’ai participé à l’élaboration de la charte, le mot clé de la charte du FCC c’est la discipline or comme disent le militaires, la meilleure des armées, c’est la discipline ».

Il appelle les Gouverneurs, ministre, les membres des cabinets, PDG et autres à «dégager » les structures politiques qui « appartiennent au FCC ».

«Il y a un proverbe qui dit que vous ne pouvez pas détester la peau du corbeau et aimer ses plumes. Ils doivent tomber du sommet à la base et il doit essayer de voir comment il doit atterrir. Soit il atterrira en enfer politique, soit il atterrira au paradis politique ».

L’ex élu du territoire d’Uvira justifie cette demande par deux jurisprudences. Il s’agit de la démission de Vital Kamerhe du perchoir de l’Assemblée Nationale et le départ du groupe de 7 partis politiques regroupés dans le G7.

«Vital Kamerhe était en conflit ouvert avec la MP, (Majorité Présidentielle) et la solution a été trouvée en douceur parce qu’à l’époque Vital Kamerhe a pu démissionner officiellement  et on a organisé  les élections. La deuxième jurisprudence est celle du G7. Le G7 s’était érigé contre la modification de la constitution et pour votre information ça devrait être le G8. L’Afdc avait un pied dedans et un pied dehors. Il voulait qu’il soit le président  du G8. Malheureusement, ça n’a  pas abouti et c’est ce qui l’a fait maintenir encore au FCC » explique Bitakwira.

Pour rappel, le torchon brûle entre le Front Commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila et l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo (AFDC) de Modeste Bahati Lukwebo. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est bien la désignation de Alexis Thambwe Mwamba comme candidat président du Sénat. Depuis, Bahati Lukwebo refuse de retirer sa candidature à ce poste. Son parti, a d’ailleurs pris acte de l’exclusion du FCC et décidé de prendre « son autonomie ».

Depuis, au moins 13 élus se sont désolidarisés de la démarche de Lukwebo en renouvelant leur loyauté à Joseph Kabila.

Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )