Dégradation de la voirie de Bukavu: la société civile exige des explications dans les trois jours avant des actions

Le bureau de coordination de la société civile  a donné, ce dimanche un ultimatum de trois jours au gouvernement provincial du Sud-Kivu  pour donner des explications sur la dégradation très avancée de la voirie urbaine. Si non des actions vont suivre pour exiger des routes dans la ville et la province

“D’abord la journée sans véhicules, puis la désobéissance fiscales des taxes d’origine de la voirie avec la possibilité d’inviter toute la population de venir avec des pierres pour boucher les nids des poules” dit Patient Bashombe.

Pour Nicholas Kyalangalilwa, membre du bureau restreint du bureau de coordination de la société civile, la dégradation de la voirie a des conséquences réelles sur le transport en commun et cela s’observe sur toutes les routes du Sud-Kivu.

« Au niveau de la ville, il y a des problèmes sérieux de transport qui font à ce que les prix de transport fluctuent mettant les paisibles populations à risque. Le soir c’est difficile de rentrer en transport commun  à Nguba mais pire encore même les routes de desserte agricole. L’axe Misisi –Bukavu par exemple qui est une source de beaucoup de revenus, il y a beaucoup de tracasserie sur les routes, l’état n’est pas maintenu. L’axe Bukavu-Kamituga-Kitutu, la même chose, vous pouvez citer n’importe quel axe et vous verrez qu’il y a des sérieux problèmes et on a l’impression que le gouvernement provincial ne fait rien, chaque fois qu’on les approche, ils nous disent que c’est Kinshasa qui doit décider  et cette fois ci avec l’accord des transporteurs nous avons décidé d’initier un certain nombre d’actions pour les interpeller. L’action que nous prévoyons cette semaine, c’est une journée sans moto, sans véhicule ; il ne s’agit pas d’une ville morte mais nous parlons simplement d’une journée où les gens vont aller à pieds au travail, à l’école parce que le transport est devenu un problème sérieux et on a l’impression que nous sommes en pleine ville sans routes » disait Nicholas Kyalangalilwa dans l’émission Tribune du Changement de la radio svein Bukavu de ce samedi 17 mars.

Les routes de Bukavu sont dans un état de délabrement très avancé. Les chauffeurs des véhicules et autres engins roulant fixent les prix à leur guise sans tenir compte de la réglementation en vigueur. Cette situation inquiète les clients qui sont parfois obligés de débourser le double du montant initial pour la course dans un véhicule ou sur une moto.

Adonis Lubambo

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (1)
  • SADIKI Roger MUGANGUZI 2 ans

    Nous sommes dans une situation de non état et le sud kivu est gouverné par défi.La solution serait la démission du Gouverneur Nyumugabo et son gouvernement des invertébrés. Pays des merdes.

  • Disqus ( )