Claude Nyamugabo décroche des agents de la Dpmer un service minimum mais…

Les agents de la direction provinciale de mobilisation et d’encadrement des recettes DPMER en grève depuis plus d’un mois pourrait accepter de faire un service minimum tout en poursuivant leur sit-in dans la salle des plénières de l’assemblée provinciale du Sud-Kivu.

C’est un compromis trouvé entre une délégation des grévistes et le gouverneur nouvellement élu du Sud-Kivu, Claude Nyamugabo.

Selon un des communicateurs des grévistes, Claude Nyamugabo a sollicité ce service minimum de la part des agents de la DPMER pour lui permettre de mobiliser quelques recettes qui pourront s’ajouter à ses propres efforts pour le dénouement de cette crise.

Richard Cirhuza, qui révèle qu’ils ont accédé à cette demande du gouverneur renseigne que celui-ci a promis de s’y investir juste après sa prise de fonction. Il précise néanmoins qu’ils restent en grève.

« Il nous a fait savoir que c’est une question qui le tient à cœur et qui l’amène à réfléchir tous les jours. Il nous a promis qu’il est dans des démarches et que lui aussi pouvait apporte sa contribution de solution le moment qu’il va prendre officiellement ses fonctions. Il a demandé qu’au lieu qu’on puisse accumuler les plus des mois d’arriérés, qu’on l’aide avec un service minimum même à la DPMER pour qu’il y ait de l’argent qui entre dans les caisses de l’Etat et quand, lui, viendra avec sa part de solution, que ça rencontre l’autre part qui sera mobilisée par la Dpmer et qu’il fasse grand-chose ; Ce que on lui a promis. Concernant les garanties, il nous a dit que la garantie c’est lui-même et il nous a dit que nous n’avons pas à lui reprocher et c’est ce qui vrai. Nous, étant humains, nous le jugerons à l’œuvre. Comme il nous a promis, nous faisons ce qu’il nous demande de faire, question de lui dire que l’on veut à travailler avec lui mais nous attendons aussi sa réaction comme promis », a dit Richard Cirhuza à laprunellerdc.info.

Mais ce compromis n’est pas du goût de tous les grévistes. Certains d’entre eux ont même hué leurs représentants qui sont venus restituer les résultats de la rencontre avec Claude Nyamugabo. Pour eux, le service minimum est une trahison de leurs délégués. Un gréviste qui s’est confié à nous se demande comment un gouverneur qui n’est pas officiellement en fonction peut donner des garanties. Pour lui, cette bonne foi du nouveau gouverneur devait se manifester par le paiement « d’au moins la moitié de leur salaire ».

Celui-ci craint que cela ne soit une manœuvre du nouveau gouverneur « qui veut à tout prix être investi à l’assemblée provinciale et non au bâtiment de la grand-poste de Bukavu ». pour lui, il fallait continuer à durcir le mouvement de grève pour attirer l’attention de tous les responsables aux niveaux provincial et national. Ce mardi, ses délégués des grévistes dans les pourparlers vont tenter de reparler à leurs collègues. Objectif : mettre fin à tous les malentendus et adopter une même position. Une mission très difficile quand on connait la détermination qui est la leur par rapport à la réclamation de leur salaire.

Adonis Lubambo

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )